Le Conseil médical du Canada

Expert médical

Douleur neuropathique d'origine centrale/périphérique - 67-2-2

Explication

Les douleurs neuropathiques constituent un symptôme fréquent, souvent invalidant et évocateur de nombreuses affections sous-jacentes. L'omission d'un diagnostic et d'un traitement précoces peut aggraver l'invalidité. Il peut en outre s'agir d'un signe précurseur d'un problème médical sous-jacent potentiellement grave.

Étiologie

(liste non exhaustive)
  1. Affection d'origine métabolique (p. ex. neuropathie diabétique)
  2. Compression nerveuse (p. ex. syndrome du canal carpien, lymphome, névralgie du trijumeau)
  3. Maladie infectieuse (p. ex. algie postzostérienne)
  4. Atteinte du système nerveux central (p. ex. douleur du membre fantôme, lésions de la moelle épinière)
  5. Affection d'origine sympathique (p. ex. dystrophie sympathique réflexe)

Objectifs principaux

Dans le cas d'un patient présentant une douleur neuropathique, le candidat devra en diagnostiquer la cause, la gravité et les complications, et mettre en place un plan de prise en charge approprié.

Objectifs spécifiques

Dans le cas d'un patient présentant une douleur neuropathique, le candidat devra

  1. énumérer et interpréter les constatations cliniques cruciales, y compris celles découlant d'une anamnèse et d'un examen physique complets, de façon;
    1. à passer en revue les antécédents de la douleur (y compris les traitements antérieurs) et les antécédents de déficience psychosociale et fonctionnelle;
    2. à repérer les signes de détérioration neurologique et d'autres causes de douleur ou engourdissement (p. ex. insuffisance vasculaire);
  2. énumérer et interpréter les examens pertinents à envisager, notamment :
    1. les tests de dépistage des problèmes médicaux sous-jacents (p. ex. glycémie à jeun, radiographie thoracique);
    2. les études de conduction nerveuse;
    3. les explorations vasculaires;
  3. établir un plan efficace de prise en charge initiale, notamment :
    1. discuter avec le patient des options pharmacothérapeutiques à sa disposition;
    2. lui offrir des conseils, y compris la prévention de la progression (p. ex. chronicité des symptômes, exercice physique, modification de l'activité physique);
    3. optimiser le traitement de tout problème médical sous-jacent (p. ex. contrôle du diabète);
    4. déterminer si le patient a besoin d'être adressé à une clinique de la douleur ou à un spécialiste de la douleur
Prochain: Palpitations