Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher

Interprétation des résultats

Des lignes directrices exhaustives pour faciliter l’interprétation des résultats de chacun des examens du CMC.

Aperçu des lignes directrices

Nous avons préparé des lignes directrices exhaustives pour faciliter l’interprétation des résultats de chacun des examens du Conseil médical du Canada (CMC). Pour chaque examen, nous fournissons d’abord des directives générales, suivies de directives propres à chaque examen.

Éléments à prendre en compte pour l’interprétation des
résultats obtenus aux examens du CMC

Lorsque vous interprétez un résultat obtenu à un examen du CMC, tenez compte du but, du niveau de connaissances, des compétences évaluées et de l’utilisation prévue de l’examen. L’utilisation secondaire des résultats obtenus aux examens devrait se faire avec prudence en conformité avec le but de l’examen. Aucun outil d’évaluation n’est conçu pour tous les buts. Les décisions relatives à la sélection de candidats ne devraient pas être fondées sur les résultats provenant d’un seul outil d’évaluation. Nous vous recommandons d’utiliser les résultats obtenus aux examens du CMC de concert avec d’autres sources de renseignements (p. ex. les résultats obtenus à un autre examen du CMC, les relevés de notes de la faculté de médecine, une lettre de recommandation, d’autres titres de compétence, etc.) pour obtenir une vue d’ensemble des compétences d’un candidat.

Tous les examens du CMC sont à interprétation critériée, ce qui signifie qu’un résultat d’échec ou de réussite à un examen est obtenu en comparant la note individuelle d’un candidat à un standard (tel que présenté par la note de passage) peu importe les résultats des autres candidats. La réussite d’un examen signifie que le candidat a atteint le niveau de connaissances, de compétences et d’attitudes ciblées par l’examen.

Chaque examen a une échelle de notes spécifique ainsi qu’une moyenne et un écart-type. La meilleure façon de comparer les notes au fil du temps est d’examiner l’écart relatif d’une note avec la note de passage applicable à ce moment-là. Ceci s’applique également à la comparaison de notes lorsqu’il y a des modifications effectuées à l’échelle de notes au fil du temps. Par exemple, un résultat de 256 à l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I, sur l’échelle de notes allant de 100 à 400 qui a été mise en œuvre à partir de 2018, avec une moyenne de 250 et un écart-type de 30, équivaut à un écart-type au-dessus de la note de passage de 226. Un résultat de 527 à l’EACMC, partie I, sur l’ancienne échelle de notes allant de 50 à 950 avec une moyenne de 500 et un écart-type de 100, équivaut à un écart-type au-dessus de la note de passage de 427 établie au printemps 2015. Ces deux résultats représentent un rendement similaire. Pour d’autres exemples, consultez nos tableaux d’interprétation des résultats pour chaque examen dans ce document (tableaux 1 à 3).

Le CMC déconseille de comparer les notes des candidats en se basant sur de petites différences de résultats. La note globale est conçue afin d’obtenir le niveau de précision le plus élevé possible autour de la note de passage afin d’établir une décision de réussite ou d’échec fiable; le niveau de précision de la note globale n’est pas aussi élevé sur tout l’éventail de l’échelle de notes. De petites différences de notes ne devraient pas être surinterprétées puisque celles-ci pourraient se situer dans l’intervalle de valeurs qui pourrait vraisemblablement découler d’une erreur de mesure.

Les notes partielles obtenues à l’EACMC, partie I, sont exprimées sur la même échelle que les notes globales et sont donc comparables entre les formulaires d’examen et les sessions. Cependant, les notes partielles obtenues à l’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE) sont exprimées sur une échelle différente de celle de la note globale et ne sont donc pas comparables d’un formulaire à un autre ou d’unesession d’examen à une autre.

Vous devez utiliser la note globale obtenue à l’examen plutôt que les notes partielles. Les notes partielles ne sont pas aussi fiables que les notes globales puisqu’elles sont fondées sur sensiblement moins de données, et ne devraient pas être utilisées pour comparer le rendement des candidats. Les notes partielles sont fournies aux candidats sous forme de commentaires formatifs sur leurs forces et faiblesses relatives dans divers domaines de compétences.

Pour chaque examen, les candidats peuvent voir une série de questions ou de cas cliniques qui diffère de celle des autres candidats passant le même examen durant la même session. Ces versions ou « formulaires » d’examen différents sont offerts aux fins d’assurance de la qualité. Tout est mis en œuvre lors de l’assemblage de ces formulaires afin de s’assurer qu’ils respectent les spécifications des épreuves et que chacun soit aussi comparable aux autres que possible.

De plus, des analyses psychométriques sont effectuées après les examens pour ajuster les légères différences de difficulté entre les formulaires. Il s’agit de la « mise en équation » et de la « mise en relation », qui permettent de comparer les notes au fil du temps entre les formulaires et les sessions.

Examen de la CNE

L’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation (CNE) évalue si les diplômés internationaux en médecine (DIM) sont prêts à intégrerun programme de résidence au Canada, peu importe où ils ont poursuivi leurs études de premier cycle. C’est un examen d’une durée d’une journée qui comprend 10 stations opérationnelles d’examen clinique objectif structuré (ECOS) (avant septembre 2020, l’examen consistait en 10 stations opérationnelles et deux stations pilotes). Les résultats psychométriques sont examinés par des experts en la matière après chaque session d’examen, et des éléments ou des stations peuvent être retirés de la notation en raison d’irrégularités procédurales ou de problèmes de contenu.

L’examen est conçu pour évaluer les connaissances, les compétences et les attitudes requises d’un nouveau diplômé canadien en médecine prêt à intégrer un programme de formation clinique postdoctorale sous supervision. L’examen est fondé sur les Objectifs d’examen du CMC qui sont organisés sous les rôles CanMEDS.

Chaque candidat qui passe l’examen de la CNE reçoit deux relevés de notes : un relevé de résultats et un rapport d’information supplémentaire. Le relevé de résultats fournit au candidat sa note globale, la note de passage et son résultat final (c.-à.-d. réussite, échec). Le rapport d’information supplémentaire fournit au candidat les notes partielles en format graphique pour les domaines de compétences évalués par l’examen.

Il convient de signaler que la note de passage à l’examen de la CNE vise à distinguer les DIM qui ne sont pas prêts à intégrerun programme de résidence. Par conséquent, la note de passage devrait être inférieure à l’aptitude des DIM souhaitant entrer au sein d’un programme d’évaluation de la capacité à exercer (ECE). À des fins autres que la sélection de résidents (p. ex. les programmes d’ECE), il est approprié de tenir compte des résultats obtenus à l’EACMC, partie II, (s’ils sont disponibles) avant les résultats obtenus à l’examen de la CNE, puisque l’EACMC, partie II, cible un niveau de compétence clinique plus élevé. Veuillez noter que la prestation de l’EACMC, partie II, a pris fin en raison de difficultés liées à administration de l’examen pendant la pandémie de la COVID-19.

L’examen de la CNE s’est tenu en personne en mai 2023 alors que certains protocoles liés à la COVID-19 étaient assouplis (p. ex. les examens physiques ont été réintroduits). Aucun changement n’a été apporté au plan directeur de l’examen mis en œuvre en mars 2019.

Depuis mai 2023, la note globale était exprimée sur une échelle allant de 500 à 700. Pour l’examen de la CNE de mai 2023, la moyenne était de 600 et l’écart-type de 25. Sur cette échelle, la note de passage est de 577. Celle-ci a été établie à l’aide d’une échelle de notation globale appliquée à chacune des 10 stations opérationnelles afin de calculer le seuil de réussite par station, seuil à partir duquel la moyenne des 10 stations a ensuite été déterminée. En raison de ces changements, les notes globales obtenues à partir de la session d’examen de mai 2023 ne seront pas directement comparables à celles obtenues lors des sessions d’examen antérieures.

Veuillez noter que les résultats de l’examen de la CNE ont été rapportés différemment pour la session de septembre 2020. Aucune note globale ni note partielle n’ont été communiquées et seulement trois catégories de résultats ont été communiquées : la réussite, l’échec, et la réussite avec rendement supérieur. Il s’agissait d’une mesure ponctuelle mise en œuvre dans les circonstances propres à l’administration de l’examen à ce moment-là.

En raison des changements apportés à l’examen, le CMC a rapporté les notes et les notes de passage sur différentes échelles au fil du temps. Le tableau 1 décrit l’échelle de notes, la moyenne, l’écart-type (ET) et la note de passage pour l’examen de la CNE qui ont été mis en œuvre pour les différents ensembles de sessions d’examen. La première colonne (Sessiond’examen) indique l’ensemble des sessions d’examen pour chaque échelle (p. ex., mars 2019-mars 2020). La deuxième colonne (Éventail de l’échelle de notation) indique la note globale minimum et maximum pour l’ensemble des sessions d’examen. La troisième et la quatrième colonne indiquent la moyenne, l’écart-type et la note de passage pour l’échelle. La moyenne et l’écart-type ont été établis en utilisant les données sur le rendement du candidat au moment où l’échelle a été mise en œuvre la première fois. Ils peuvent varier au fil du temps avec les sessions d’examens subséquentes. Les trois dernières colonnes du tableau 1 indiquent à quelle distance se situe la note globale (en unité relative d’écart-type) de la note de passage établie pour une échelle.

Dans chaque ensemble de sessions d’examen, les notes globales obtenues à l’examen de la CNE sont mises en équation entre les formulaires d’examen à l’aide de procédures statistiques. Par conséquent, les notes globales sont comparables entre les formulaires et les sessions, et la même note de passage est appliquée aux candidats. Cependant, les notes entre les échelles (p. ex. entre la session de mai 2023 et les sessions de septembre 2020-septembre 2022) ne sont pas directement comparables. Cela s’explique par le fait que la mise en œuvre de l’examen de la CNE a différé au fil du temps en raison des changements apportés au contenu, au format, à l’approche de notation ou au mode de prestation.

On peut néanmoins calculer un indicateur de rendement relatif en comparant les notes globales au standard (c.-à-d., la note de passage) pour la période pertinente. À titre d’exemple, une note globale à l’examen de la CNE de 602 obtenue en mai 2023 représente un rendement similaire par rapport à une note de 1 399 obtenue entre octobre 2021 et septembre 2022, et à une note de 423 obtenue de mars 2019 àmars 2020. Ces deux notes se situent à un écart-type au-dessus de leur note de passage respective.

Un indicateur de rendement relatif a également été calculé pour la catégorie « réussite avec rendement supérieur » utilisée dans l’examen de septembre 2020. Il a été établi que la catégorie « réussite avec rendement supérieur » se situait à environ 1,8 ET au-dessus de la note de passage.

Dans le tableau 1, une colonne indique pour chacune des sessions d’examen la note semblable à la catégorie « réussite avec rendement supérieur ». À titre d’exemple, une note globale à l’examen de la CNE de 622 obtenue en mai 2023 représente un rendement relatif semblable à un résultat de « réussite avec rendement supérieur » obtenu en septembre 2020. Cette note représente également un rendement semblable à une note globale de 1 419 obtenue d’octobre 2021 à septembre 2022, de même qu’à une note globale de 443 obtenue de mars 2019 à mars 2020, ou encore une note globale de 79 obtenue de mars 2013 à septembre 2018. Toutes se situent à 1,8 ET au-dessus de leur note de passage respective.

Tableau 1. Paramètres d’interprétation des résultats à l’examen de la CNE

Session d’examenÉventail de l’échelle de notationMoyenne (ET)Note de passage1 ET au-dessus de la note de passage1,8 ET au-dessus de la note de passagea2 ET au-dessus de la note de passage
À partir de mai 2023500–700600 (25)577602622627
Octobre 2021 à septembre 20221300–15001400 (25)1374b139914191424
Septembre 2020S.O.c     
Mars 2019 à mars 2020300–500400 (25)398d423443448
Mars 2013 à septembre 20180–10070 (8)65e737981
a1,8 ET au-dessus de la note de passage représente approximativement la position sur l’échelle de notes équivalant à un résultat de réussite avec rendement supérieur.
bDonnées basées sur l’exercice d’établissement du seuil de réussite qui a eu lieu en octobre 2020.
cAucune note globale n’a été communiquée pour la session de septembre 2020. Seulement trois catégories de résultats ont été rapportées : réussite, échec, réussite avec un rendement supérieur.
dDonnées basées sur l’exercice d’établissement du seuil de réussite qui a eu lieu en avril 2019.
eDonnées basées sur l’exercice d’établissement du seuil de réussite qui a eu lieu en octobre 2013.

EACMC, partie I

L’EACMC, partie I, est un examen-bilan qui permet d’évaluer les connaissances médicales essentielles et la prise de décisions cliniques d’un candidat par rapport au niveau attendu d’un étudiant en médecine qui obtient son diplôme de médecine au Canada. L’examen se fonde sur le Plan directeur du CMC et sur les Objectifs d’examen du CMC qui sont répartis selon les rôles CanMEDS. L’EACMC, partie I, est un examen informatisé d’une journée qui comprend 210 questions à choix multiples et 38 cas de prise de décisions cliniques constitués de questions à menu court et des questions à réponses écrites. L’examen comprend des questions pilotes, aussi appelées questions d’essai préliminaire, qui pourraient être incluses dans la notation si elles ont un bon rendement psychométrique ou après avoir été examinées par des experts en la matière.

Les candidats ayant obtenu leur diplôme en médecine et ayant réussi l’EACMC, partie I, commencent généralement à exercer sous supervision clinique. La réussite signifie que le candidat a démontré les connaissances, les compétences et les attitudes nécessaires pour obtenir un permis d’exercice de la médecine au Canada afin de commencer une pratique clinique supervisée.

Chaque candidat qui passe l’EACMC, partie I, reçoit deux relevés de notes : un relevé de résultats et un rapport d’information supplémentaire. Le relevé de résultats fournit au candidat la note globale, la note de passage et le résultat final (c.-à.-d. réussite, échec). Le rapport d’information supplémentaire fournit au candidat les notes partielles sous forme de graphique pour les domaines de compétences évalués par l’examen.

Pour l’EACMC, partie I, un nouveau plan directeur a été mis en œuvre en avril 2018, et des changements ont été apportés à la structure du contenu et au format de l’examen. De plus, une nouvelle échelle et une nouvelle note de passage ont été établies. La note globale est rapportée sur une échelle allant de 100 à 400 avec une moyenne de 250 et un écart-type de 30 basés sur les résultats de la session d’avril 2018. La note de passage actuelle est de 226 et a été établie par un groupe de médecins de partout au pays à la suite d’un exercice rigoureux d’établissement du seuil de réussite en juin 2018.

Avant 2018, le contenu de l’EACMC, partie I, était basé sur un plan directeur différent. L’échelle de notes variait de 50 à 950 avec une moyenne de 500 et un écart-type de 100. La moyenne et l’écart-type ont été établis à l’aide des résultats de la session du printemps 2015. Puisque les examens sont différents et basés sur différents plans directeurs, il n’est pas possible de faire une comparaison directe entre les résultats obtenus avant 2018 et ceux obtenus en 2018 et ultérieurement.

En raison des changements apportés à l’examen, le CMC a rapporté les notes globales et les notes de passage sur différentes échelles au fil du temps. Le tableau 2 décrit l’éventail de l’échelle de notes, la moyenne, l’écart-type (ET) et la note de passage de l’EACMC, partie I, qui ont été mis en œuvre pour différents ensembles de sessions d’examen. La première colonne (Session d’examen) indique différentes sessions d’examen pour chaque échelle (p. ex. à partir d’avril 2018). La deuxième colonne (Éventail de l’échelle de notation) indique la note globale minimum et maximum pour l’ensemble des sessions d’examen. Les troisième, quatrième et cinquième colonnes indiquent la moyenne, l’écart-type et la note de passage pour l’ensemble des sessions d’examen. Les deux dernières colonnes du tableau 2 indiquent la distance entre la note globale (en unité relative d’écart-type) et la note de passage établie pour l’ensemble des sessions. La moyenne et l’écart-type ont été établis en utilisant les données sur le rendement du candidat au moment où l’échelle a été mise en œuvre la première fois. Ils peuvent varier au fil du temps avec les sessions d’examens subséquentes.

Dans chaque ensemble de sessions d’examen, les notes globales obtenues à l’EACMC, partie I, sont mises en équivalence entre les formulaires d’examen à l’aide de procédures statistiques. Par conséquent, les notes globales sont comparables entre les formulaires et les sessions, et la même note de passage est appliquée aux candidats. Cependant, vous ne pouvez pas comparer directement les notes entre chaque ensemble de session (p. ex. entre les sessions d’avril 2015 à novembre 2017 et celle à partir d’avril 2018). Cela s’explique par le fait que la mise en œuvre de l’EACMC, partie I, a différé au fil du temps en raison des changements apportés au contenu, au format, à l’approche en matière de notation, ou au mode de prestation. On peut néanmoins calculer un indicateur de rendement relatif en comparant les notes globales au standard (c.-à-d., la note de passage) pour la période pertinente. À titre d’exemple, une note globale à l’EACMC, partie I, de 256 obtenue en avril 2018 représente un rendement similaire par rapport à une note de 527 obtenue en avril 2015-novembre 2017. Ces deux notes se situent à un écart-type au-dessus de leur note de passage respective.

Tableau 2. Paramètres d’interprétation des résultats à l’EACMC, partie I

Session d’examenÉventail de l’échelle de notationMoyenne (ET)Note de passage1 ET au-dessus de la note de passage2 ET au-dessus de la note de passage
À partir d’avril 2018100-400250 (30)226a256286
Avril 2015 à novembre 201750-950500 (100)427b527627
aDonnées basées sur l’exercice d’établissement du seuil de réussite qui a eu lieu en juin 2018.
bDonnées basées sur l’exercice d’établissement du seuil de réussite qui a eu lieu en octobre 2014.

EACMC, partie II (offert jusqu’en 2019)

L’EACMC, partie II, évaluait les aptitudes de base d’un candidat à appliquer ses connaissances médicales, à démontrer des compétences cliniques, à élaborer des plans cliniques d’analyses et de traitement, ainsi qu’à démontrer des comportements et des attitudes professionnels au niveau attendu d’un médecin commençant à exercer de façon indépendante au Canada. Fondé sur le Plan directeur du CMC et les Objectifs d’examen du CMC, l’EACMC, partie II, était un examen de deux jours comportant 12 stations d’examen clinique objectif structuré (ECOS). Les candidats devaient effectuer 8 stations la première journée (samedi) et 4 stations la deuxième journée (dimanche). Les résultats psychométriques étaient examinés par des experts en la matière après chaque examen et des items ou des stations pouvaient être retirés de la notation en raison d’irrégularités procédurales ou de problèmes de contenu.

Chaque candidat qui passait l’EACMC, partie II, recevait deux relevés de notes : un relevé de résultats et un rapport d’information supplémentaire. Le relevé de résultats fournit au candidat la note globale, la note de passage et le résultat final (c.-à.-d. réussite, échec). Le rapport d’information supplémentaire fournit au candidat les notes partielles sous forme de graphique pour les domaines de compétences évalués par l’examen.

En raison des changements apportés à l’examen, le CMC a rapporté les notes globales et les notes de passage sur différentes échelles au fil du temps. Le tableau 3 décrit l’éventail de l’échelle de notes, la moyenne, l’écart-type et la note de passage de l’EACMC, partie II, qui ont été mis en œuvre pour différents ensembles de sessions d’examen. La première colonne (Session d’examen) indique les différents ensembles de sessions d’examen pour chaque échelle (p. ex. octobre 2018-octobre 2019). La deuxième colonne (Éventail de l’échelle de notation) indique la note globale minimum et maximum pour l’échelle. La troisième et la quatrième colonne indiquent la moyenne, l’écart-type (ET) et la note de passage pour l’échelle. Les deux dernières colonnes du tableau 3 indiquent la distance entre la note globale (en unité relative d’écart-type) et la note de passage établie pour l’échelle. La moyenne et l’écart-type ont été établis en utilisant les données sur le rendement du candidat au moment où l’échelle a été mise en œuvre la première fois. Ils peuvent varier au fil du temps avec les sessions d’examens subséquentes.

Dans chaque ensemble de sessions d’examen, les notes globales obtenues à l’EACMC, partie II, sont mises en équivalence entre les formulaires d’examen à l’aide de procédures statistiques. Par conséquent, les notes globales sont comparables entre les formulaires et les sessions, et la même note de passage est appliquée aux candidats. Cependant, vous ne pouvez pas comparer directement les notes entre les échelles (p. ex. entre la session d’octobre 2018-octobre 2019 et celle de mai 2015-mai 2018). Cela s’explique par le fait que la mise en œuvre de l’EACMC, partie II, a différé au fil du temps en raison des changements apportés au plan directeur, au contenu, au format et à l’approche en matière de notation. On peut néanmoins calculer un indicateur de rendement relatif en comparant les notes globales au standard (c.-à-d., la note de passage) pour la période pertinente. À titre d’exemple, une note globale à l’examen de l’EACMC, partie II, d’un écart-type supérieur à la note de passage de 158 obtenue en octobre 2018-octobre 2019 représente un rendement similaire par rapport à une note de 609 obtenue en mai 2015-mai 2018. Ces deux notes se situent à un écart-type au-dessus de leur note de passage respective.

Tableau 3. Paramètres d’interprétation des résultats à l’EACMC, partie II

Session d’examenÉventail de l’échelle de notationMoyenne (ET)Note de passage1 ET au-dessus de la note de passage2 ET au-dessus de la note de passage
Octobre 2018 à octobre 201950-250150 (20)138a158178
Mai 2015 à mai 201850-950500 (100)509b609709
aDonnées basées sur l’exercice d’établissement du seuil de réussite qui a eu lieu pendant la session de décembre 2018.
bDonnées basées sur l’exercice d’établissement du seuil de réussite qui a eu lieu pendant la session de février 2015.

Les notes obtenues à l’EACMC, partie II, sont réparties sur une vaste échelle de notes. Toutefois, comme pour les autres examens du CMC, l’EACMC, partie II, était conçu de manière à ce que la note globale soit la plus précise possible près de la note de passage afin d’établir une décision de réussite ou d’échec fiable. Les légères différences de notes ne devraient pas être surinterprétées puisque celles-ci peuvent se situer dans un intervalle de valeurs qui pourrait vraisemblablement découler de l’erreur de mesure.

Le CMC déconseille de comparer les candidats en fonction de légères différences de notes et décourage le fait de se fonder uniquement sur les notes d’examen pour prendre des décisions en matière de sélection.

Rapport d’information supplémentaire pour
l’EACMC, partie I, l’EACMC, partie II, et l’examen de la CNE

Davantage de renseignements sur les notes partielles dans divers domaines de compétences sont fournis dans le rapport d’information supplémentaire pour chaque examen. Il est à noter qu’on ne devrait pas utiliser les notes partielles qui figurent sur le rapport d’information supplémentaire pour comparer le rendement des candidats. Ces notes partielles sont fournies aux candidats, sous forme de graphique, à titre de rétroaction formative sur leurs forces et leurs faiblesses relatives, et pour qu’ils puissent les comparer avec la moyenne des notes partielles des candidats qui ont réussi l’examen à leur première tentative. Les notes partielles sont fondées sur des données considérablement moins nombreuses et, par conséquent, n’ont pas le même degré de précision que la note globale. Veuillez consulter l’exemple de graphique dans la figure ci-après pour interpréter le rapport d’information supplémentaire. Différents examens peuvent évaluer différents domaines de compétence, mais la façon d’interpréter l’information dans le rapport d’information supplémentaire est semblable d’un examen à l’autre.

  • Des différences mineures dans les notes partielles ou un chevauchement de l’erreur type de mesure indiquent que le rendement dans ces domaines était assez semblable.
  • Un chevauchement entre la barre de l’erreur type de mesure d’une note partielle et de la note moyenne de candidats ayant réussi l’examen à leur première tentative signifie que le rendement du candidat est similaire à la note moyenne.
  • Aucun chevauchement indique que le rendement du candidat est nettement supérieur ou inférieur à celui des candidats ayant réussi l’examen à leur première tentative.

Figure de l'exemple de graphique pour les notes partielles pour
les dimensions des soins

Image décoratif de l'interprétation des résultats pour le Rapport d’information supplémentaire
Barres colorées : Le rendement d’un candidat dans différents domaines. Ce candidat a obtenu une note plus élevée dans la catégorie Chronique que dans la catégorie Promotion de la santé.
Barres groupées grises et colorées : Le rendement d’un candidat par rapport à celui des candidats ayant réussi l’examen à leur première tentative. La note de ce candidat dans la catégorie Aiguës est plus élevée que la moyenne des candidats ayant réussi l’examen à leur première tentative.
Barres ETM noires : Estimation de la variation de la note si le candidat devait passer cet examen de nouveau. Une barre courte indique une haute précision de la mesure.

Examen lié à la PDT

L’examen lié à la prise de décisions thérapeutiques (PDT) vise à évaluer la compétence des candidats au niveau exigé d’un médecin de famille exerçant de façon autonome et sécuritaire au Canada. Le contenu est élaboré par le Conseil médical du Canada, qui assure également la prestation de l’examen au nom des programmes d’évaluation de la capacité à exercer (ECE) afin de sélectionner les candidats à l’entrée des programmes d’ECE. L’examen consiste en scénarios axés sur les patients qui représentent des présentations et enjeux cliniques communs ou importants que les médecins de famille exerçant au Canada devraient être en mesure de gérer de façon compétente au sein des dimensions suivantes des soins médicaux : promotion de la santé et prévention des maladies, affections aiguës, affections chroniques, sécurité et effets indésirables.

L’examen comprend 40 cas et une centaine de questions écrites à réponse courte. Les candidats ont jusqu’à trois heures pour terminer l’examen.
L’examen lié à la PDT est un examen à interprétation critériée, et seul le résultat de réussite ou d’échec est communiqué aux programmes.

Entre 2018 et 2020, l’examen lié à la PDT se faisait sur papier et était administré par les programmes d’ECE. Depuis octobre 2020, l’examen lié à la PDT est offert de façon informatisée dans les centres d’examen de Prometric au Canada et dans le monde, ainsi que par voie de surveillance à distance.

Résultats des examens du CMC pour les programmes d’ECE

Voici cinq facteurs à considérer pour l’utilisation et l’interprétation des résultats d’examen du CMC pour les programmes d’ECE :

  1. Lorsque vous prenez votre décision de sélection, prenez en compte les résultats d’un examen du CMC conjointement avec les résultats de plusieurs autres évaluations.
  2. S’ils sont disponibles, les résultats obtenus à l’EACMC, partie I, et à l’examen lié à la PDT peuvent être utilisés à des fins de sélection. L’EACMC, partie I, fournit une note globale fiable en matière de connaissances médicales essentielles et de capacité de prise de décisions cliniques. Quant à l’examen lié à la PDT, il fournit une décision de réussite ou d’échec qui mesure la compétence des candidats au niveau exigé d’un médecin de famille exerçant de façon autonome et sécuritaire au Canada. Si l’on utilise les résultats de l’examen de la CNE, il faut s’attendre à ce que les candidats sélectionnés pour un programme d’ECE obtiennent un standard de rendement plus élevé que la note de passage de l’examen de la CNE.
  3. Servez-vous de la note globale plutôt que des notes partielles obtenues aux examens du CMC. Les notes partielles sont fournies aux candidats à titre de rétroaction formative sur leurs forces et faiblesses relatives dans divers domaines de compétences. Les notes partielles ne sont pas aussi fiables que la note globale. Si vous utilisez les notes globales, il est à noter que leur niveau de précision est le plus élevé lorsqu’elles se situent près de la note de passage. De légères différences de notes à chaque extrémité de l’échelle de notes ne devraient pas être surinterprétées.
  4. Vous pouvez envisager d’utiliser les résultats de l’EACMC, partie II, s’ils sont disponibles, pour la sélection des candidats aux programmes d’ECE en guise de solution de rechange aux résultats de l’examen de la CNE. À cette fin, il convient de tenir compte des résultats de l’EACMC, partie II, en premier, car cet examen vise un niveau de compétences cliniques plus élevé que l’examen de la CNE. Veuillez noter que la prestation de l’EACMC, partie II, a pris fin en raison de difficultés liées à l’administration de l’examen pendant la pandémie de la COVID-19.
  5. Soyez conscient des changements historiques dans les notes de passage à l’examen, des échelles de notes et des ajustements statistiques au fil du temps. En raison des changements survenus en matière d’établissements du seuil de réussite, d’échelles de notation et des ajustements statistiques au fil du temps, on recommande que seuls les résultats obtenus à l’EACMC, partie I, ou partie II, du printemps 2015 ou de sessions d’examen ultérieures, et seuls les résultats obtenus à l’examen de la CNE du printemps 2013 ou de sessions d’examen ultérieures, soient utilisés.