Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Objectifs d’examen du CMC Expert médicalViolence familialeMauvais traitements envers un enfant

Mauvais traitements envers un enfant

Version: mars 2023
ID hérité: 114-1

Explication

Bien que répandus, les mauvais traitements envers les enfants demeurent un phénomène largement sous-estimé et sous-déclaré. Il est essentiel de détecter et d’évaluer à temps les cas présumés de maltraitance d’enfants, afin de permettre une intervention précoce et de parvenir à une issue la plus favorable possible pour les enfants et leur famille.

Étiologie

(liste non exhaustive)

  1. Violence physique
  2. Violence sexuelle
  3. Violence affective/psychologique
  4. Négligence
  5. Exposition à la violence conjugale

Objectifs principaux

Le candidat devra connaître les tableaux cliniques pour lesquels des antécédents de mauvais traitements doivent être envisagés. Devant un cas présumé de mauvais traitements envers un enfant, le candidat devra établir un plan de prise en charge approprié en accordant une attention particulière aux questions de sécurité et de prévention.

Devant un cas signalé de mauvais traitements envers un enfant, le candidat devra en diagnostiquer la cause, la gravité, les complications et les facteurs contributifs. Il devra également élaborer un plan de prise en charge initiale et de prévention approprié.

Objectifs spécifiques

Dans le cas d’un enfant portant des blessures, le candidat devra déterminer si celles-ci peuvent être dues à des sévices en se basant sur la nature des blessures en question, les explications de la personne ayant la garde de l’enfant, la concordance entre les explications données et le type de blessures en cause, de même que l’état de développement de l’enfant.

Devant un cas présumé ou signalé de mauvais traitements envers un enfant, le candidat devra

  1. recenser et interpréter les constatations cliniques cruciales, notamment :
    1. les principales manifestations de mauvais traitements (p. ex. infections transmissibles sexuellement, retard de développement, troubles affectifs ou comportementaux, manifestations physiques);
    2. la dynamique familiale, les caractéristiques parentales et un contexte social propice aux mauvais traitements;
    3. tout autre signe potentiel de mauvais traitements (p. ex. refus de la part d’un parent ou d’un tuteur que l’enfant soit interrogé en privé);
    4. les similarités possibles avec des cas types de mauvais traitements (p. ex. blessures accidentelles, affections médicales);
    5. la nécessité de procéder à une anamnèse et à un examen physique appropriés en vue d’obtenir des preuves additionnelles de mauvais traitements (p. ex. ecchymoses, cicatrices, retard de croissance);
  2. recenser et interpréter les examens essentiels, notamment :
    1. les examens radiologiques permettant de prendre en charge la blessure actuelle et de rechercher des signes de traumatisme antérieur;
    2. les autres examens pertinents (p. ex. analyses de coagulation, analyses toxicologiques);
  3. établir un plan efficace de prise en charge initiale, notamment :
    1. veiller à consigner tout élément pertinent au dossier de l’enfant;
    2. exposer brièvement les moyens d’assurer la sécurité de l’enfant, et plus précisément :
      1. signaler les cas de mauvais traitements aux services de protection de l’enfance appropriés;
      2. déterminer si d’autres enfants sont à risque et s’ils doivent faire l’objet d’un examen;
      3. hospitaliser l’enfant jusqu’à ce que sa sécurité soit assurée;
    3. le cas échéant, orienter l’enfant vers un pédiatre ou une équipe hospitalière de protection de l’enfant afin d’obtenir une autre évaluation et un deuxième avis.