Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher

Troubles moteurs, tics

Version: février 2017
ID hérité: 61

Explication

On distingue les troubles moteurs selon qu’ils se traduisent par une activité excessive (hyperkinésie) ou réduite (bradykinésie). Le diagnostic repose principalement sur une observation attentive des signes cliniques.

Étiologie

(liste non exhaustive)

  1. Hyperkinésie
    1. Tics
      1. Primaires (sporadiques et héréditaires)
        1. Syndrome de Gilles de la Tourette
        2. Chorée de Huntington
      2. Secondaires
        1. D’origine infectieuse (p. ex. encéphalite, maladie de Creutzfeldt-Jakob)
        2. D’origine médicamenteuse (p. ex. stimulants, lévodopa)
    2. Dystonie
      1. Primaire (sporadique et héréditaire)
      2. Avec syndromes (médicaments)
    3. Stéréotypies (typiquement dans la déficience mentale ou l’autisme)
    4. Chorée, athétose, ballisme
    5. Tremblement essentiel
    6. Myoclonie
  2. Bradykinésie
    1. Maladie de Parkinson
    2. Maladie de Wilson
    3. Chorée de Huntington
  3. Tremblement
    1. De repos (p. ex. maladie de Parkinson, tremblement essentiel grave)
    2. Intentionnel (p. ex. atteinte cérébelleuse, sclérose en plaques [SEP])
    3. Postural ou d’action (p. ex. physiologique exagéré, essentiel)

Objectifs principaux

Dans le cas d’un patient ayant un trouble moteur, le candidat devra en diagnostiquer la cause, la gravité et les complications, et mettre en place un plan de prise en charge approprié.

Objectifs spécifiques

Dans le cas d’un patient ayant un trouble moteur, le candidat devra

  1. énumérer et interpréter les constatations cliniques cruciales, notamment :
    1. décrire avec précision le mouvement anormal après une observation attentive (au repos et en action), afin de distinguer les divers types et causes de troubles moteurs;
    2. faire une anamnèse et un examen physique en vue de rechercher les causes réversibles (p. ex. médicaments, maladie de Wilson);
    3. reconnaître les principaux signes cliniques de la maladie de Parkinson (p. ex. rigidité, akinésie);
  2. énumérer et interpréter les examens essentiels, notamment :
    1. les tests diagnostiques de la maladie de Wilson, s’il y a lieu;
    2. les examens d’imagerie ou autres tests appropriés;
  3. élaborer un plan efficace de prise en charge initiale, notamment :
    1. prescrire les médicaments voulus pour traiter des affections courantes (p. ex. tremblement essentiel);
    2. connaître les effets secondaires des médicaments et modifier les ordonnances, au besoin (p. ex. dystonie, alternance d’épisodes de dyskinésie et de bradykinésie);
    3. déterminer si le patient a besoin de soins spécialisés (p. ex. des tests génétiques);
    4. conseiller le patient sur les répercussions psychosociales du trouble.