Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher

Ictère

Version: février 2017
ID hérité: 49

Explication

L’ictère, qui peut être défini sur le plan biochimique (taux élevé de bilirubine) et sur le plan clinique (aspect jaune de la sclérotique), est une affection commune dont les causes possibles sont nombreuses. Dans certains cas, un diagnostic et un traitement précoces jouent un rôle important dans une issue favorable. Dans certains cas, on peut devoir s’attaquer à des problèmes de santé publique.

Étiologie

(liste non exhaustive)

  1. Taux élevé de bilirubine non conjuguée (ictère préhépatique)
    1. Hyperproduction de bilirubine (p. ex. hémolyse)
    2. Diminution de la captation dans le foie (p. ex. insuffisance cardiaque congestive)
    3. Diminution de la conjugaison de la bilirubine (p. ex. syndrome de Gilbert, ictère du nouveau-né)
  2. Taux élevé de bilirubine conjuguée (ictère hépatique)
    1. Cholestase intrahépatique (p. ex. d’origine médicamenteuse, cirrhose)
    2. Cholestase extrahépatique (p. ex. calculs biliaires)
    3. Atteinte hépatocellulaire (p. ex. sepsie, hypoperfusion)
    4. Autres causes (p. ex. infiltrations du foie, stéatose hépatique)

Objectifs principaux

Dans le cas d’un patient présentant un ictère, le candidat devra en diagnostiquer la cause, la gravité et les complications, et mettre en place un plan de prise en charge approprié. En particulier, il est important de reconnaître les affections qui mettent la vie en danger.

Objectifs spécifiques

Dans le cas d’un patient présentant un ictère, le candidat devra

  1. énumérer et interpréter les constatations cliniques cruciales, notamment :
    1. les résultats d’une anamnèse et d’un examen physique appropriés visant à déterminer la cause sous-jacente de l’ictère, avec une attention particulière aux facteurs de risque de maladies infectieuses ainsi qu’à l’exposition à des substances toxiques ou à l’ingestion de telles substances;
  2. énumérer et interpréter les examens essentiels, notamment :
    1. les analyses de laboratoire et les examens radiologiques requis pour poser un diagnostic;
  3. établir un plan efficace de prise en charge initiale, notamment :
    1. déterminer si le patient requiert des soins spécialisés ou d’une consultation d’urgence;
    2. avertir au besoin les autorités de santé publique.