Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher

Noyade (quasi-noyade)

Version: février 2017
ID hérité: 109-6

Explication

La quasi-noyade se définit comme étant une survie de plus de 24 heures à un accident de submersion. Les jeunes enfants, les adolescents, les jeunes adultes et les personnes âgées sont les plus à risque de subir une quasi-noyade.

Étiologie

(liste non exhaustive)

  1. Incapacité de nager (p. ex. surestimation de ses capacités)
  2. Comportements de prise de risque, accidents de bateau
  3. Toxicomanie (plus de 50 % des décès par noyade chez les adultes)
  4. Supervision inadéquate
  5. Troubles cliniques concomitants
    1. Trauma
    2. Convulsions
    3. Accident vasculaire cérébral (AVC)
    4. Malaise cardiaque

Objectifs principaux

Dans le cas d’un patient ayant subi un accident de submersion, le candidat devra poser le diagnostic approprié de quasi-noyade, en diagnostiquer la gravité et les complications, et mettre en place un plan de prise en charge approprié.

Objectifs spécifiques

Dans le cas d’un patient ayant subi une quasi-noyade, le candidat devra :

  1. reconnaître la nécessité d’un sauvetage méticuleux, en accordant une attention particulière à la sécurité et au bien-être des sauveteurs;
  2. entreprendre s’il y a lieu et au moment voulu les manœuvres appropriées de réanimation cardio-respiratoire;
  3. effectuer s’il y a lieu les manœuvres appropriées de dégagement des voies respiratoires (masque et respirateur à pression positive, intubation endotrachéale);
  4. reconnaître la possibilité d’un traumatisme, y compris une lésion de la moelle épinière, et mettre en œuvre les mesures de précaution appropriées;
  5. mettre en place les thérapies de soutien indiquées par la situation clinique, y compris l’administration d’oxygène, la suppléance hydrique par voie intraveineuse et la correction de l’hypothermie;
  6. consulter de manière appropriée les services d’urgence ou de soins intensifs lorsqu’une intubation, une ventilation mécanique ou un soutien cardiovasculaire s’avèrent nécessaires;
  7. dans le cas d’une immersion ou d’une submersion en eau froide, reconnaître la nécessité de poursuivre la réanimation cardiorespiratoire jusqu’à ce que la température corporelle centrale de la victime se rétablisse à une valeur comprise entre 32 °C et 35 °C;
  8. reconnaître la nécessité d’une période d’observation (de 4 à 6 heures) après le sauvetage et la réanimation en cas de quasi-noyade;
  9. commencer le suivi cardio-respiratoire et neurologique approprié;
  10. reconnaître les complications potentielles d’une quasi-noyade, dont l’œdème cérébral, l’encéphalopathie anoxique ou ischémique, le collapsus cardiovasculaire, le syndrome de détresse respiratoire aiguë ou un trauma concomitant;
  11. demander et interpréter des tests diagnostiques en cas de soupçons de complications d’une quasi-noyade (examens recommandés : gazométrie artérielle, radiographie pulmonaire, formule sanguine, dosage des électrolytes, électrocardiographie; examens supplémentaires : rapport normalisé international, temps de céphaline, analyse d’urine, dépistage de drogues, dosage de la myoglobine urinaire).