Le Conseil médical du Canada

Expert médical

Polyarthralgie (douleur dans plus de quatre articulations) - 50-2

Explication

La douleur chronique dans de multiples articulations ou autour de celles-ci est souvent le symptôme de maladies invalidantes courantes, responsables de beaucoup de souffrance, de pertes fonctionnelles et de morbidité. Un grand nombre de patients atteints peuvent bénéficier d'un diagnostic et d'un traitement précoces.

Étiologie

(liste non exhaustive)
  1. Causes inflammatoires (p. ex. polyarthrite rhumatoïde, polyarthrite juvénile)
  2. Causes mécaniques (p. ex. arthrose)
  3. Maladie non articulaire (p. ex. fibromyalgie, polymyalgia rheumatica)

Objectifs principaux

Dans le cas d'un patient ayant une douleur musculosquelettique répandue, le candidat devra pouvoir distinguer les véritables maladies articulaires des autres causes et, grâce à une anamnèse et à un examen physique, déterminer l'acuité et la gravité du problème. Le candidat devra notamment déterminer si la maladie est inflammatoire ou non, et prendre en charge ou adresser le patient.

Objectifs spécifiques

Dans le cas d'un patient ayant une polyarthralgie, le candidat devra

  1. énumérer et interpréter les constatations cliniques cruciales, notamment :
    1. détermininer, en partant de l'anamnèse et de l'examen physique, s'il s'agit d'un problème articulaire et, si c'est le cas, s'il est de nature inflammatoire ou mécanique;
    2. déterminer, en partant de l'anamnèse et de l'examen physique, si d'autres caractéristiques permettent de poser un diagnostic plus définitif (p. ex. nodules rhumatoïdes);
    3. répercussions sur la capacité fonctionnelle;
  2. énumérer et interpréter les examens essentiels, notamment :
    1. les analyses de laboratoire et autres tests appropriés (p. ex. radiologie, vitesse de sédimentation, anticorps antipeptides cycliques citrullinés [anti-CCP]);
  3. établir un plan efficace de prise en charge, notamment :
    1. traiter immédiatement les affections urgentes (p. ex. polymyalgia rheumatica);
    2. fournir immédiatement un traitement symptomatique et de soutien (p. ex. anti-inflammatoires);
    3. diriger le patient vers des soins plus spécialisés (p. ex. rhumatologie, physiothérapie), s'il y a lieu;
    4. donner des conseils sur le retour à la vie normale.
Prochain: Douleur musculosquelettique non articulaire