Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Nouvelles
NouvellesVoir la pratique sous tous ses angles

Voir la pratique sous tous ses angles

Le 25 février 2019

L’outil de rétroaction multisources, le « CMC 360 », célèbre sa première année d’activité

L’évaluation des médecins s’étend désormais au-delà de l’éducation et de la formation et se fait tout au long de la carrière d’un médecin. Cela fait maintenant un an que le Conseil médical du Canada (CMC) offre un élément essentiel à l’évaluation en cours d’exercice – la rétroaction multisources.

Souvent utilisée pour évaluer des cadres et des professionnels dans d’autres domaines que la médecine, la rétroaction multisources permet d’évaluer le rendement dans une perspective à 360 degrés, d’où le nom de CMC 360. Par l’entremise du CMC 360, les collègues médecins, les collègues non-médecins et les patients sont interrogés sur divers aspects de la communication d’un médecin, de sa collaboration et de son professionnalisme.

Du projet pilote au programme

Le College of Physicians & Surgeons of Alberta (CPSA), en collaboration avec la University of Calgary, a créé l’outil d’évaluation initial nommé Physician Achievement Review (PAR) en 1999 sur lequel est fondé le CMC 360. Une cohorte de médecins de l’Alberta a d’ailleurs formé le premier groupe d’utilisateurs du CMC 360 pour le projet pilote, qui a maintenant pris fin après un an.

 

Le CPSA est un véritable partenaire. Nous avons établi des relations étroites et il est clair que nous sommes tous déterminés à obtenir un succès mutuel, à investir dans la collaboration pancanadienne. »

Alexa Fotheringham,
Gestionnaire de programme du CMC 360, CMC

 

 

Selon Alexa Fotheringham, la première année a donné lieu à de nombreux apprentissages sur la façon de :

  • produire le rapport pour chaque médecin participant
  • déterminer le temps dont les médecins ont besoin pour accomplir diverses tâches au cours du processus
  • répondre aux besoins des participants et de leurs organisations

En 2019, le College of Physicians and Surgeons of Manitoba utilisera le CMC 360 et un groupe de médecins du College of Physicians and Surgeons of British Columbia participera à un projet pilote. L’équipe du CMC 360 lancera également un projet pilote pour les autorités régionales de santé et les hôpitaux qui sont intéressés à utiliser l’outil. L’équipe entreprendra un projet de recherche avec quatre facultés de médecine canadiennes afin de déterminer la possibilité d’utiliser le CMC 360 pour les étudiants de premier cycle en médecine.

« Nous explorons aussi la façon dont les médecins peuvent choisir de participer volontairement même s’ils ne le font pas par l’entremise d’un collège, d’une autorité régionale de santé ou d’un hôpital, avec des crédits de perfectionnement professionnel continu comme mesure incitative », affirme Mme Fotheringham.

Bien plus que des sondages et des rapports

Au cœur du CMC 360 se trouve un ensemble de sondages remplis par des collègues médecins, des collègues non-médecins et des patients, ainsi qu’une autoévaluation effectuée par le médecin. Les réponses au sondage sont regroupées et analysées pour produire un rapport que le médecin peut utiliser pour planifier la formation et le perfectionnement professionnels. Un élément clé du CMC 360 est l’inclusion de commentaires écrits par les participants au sondage. Les médecins ont indiqué que ces commentaires écrits leur sont particulièrement utiles pour identifier les aspects à améliorer.

Une session de rétroaction et de mentorat, fournie par l’organisation participante, aide le médecin à comprendre et donner suite à ses résultats du CMC 360. Les organisations peuvent aussi choisir de recevoir des services d’encadrement adaptés de la part d’animateurs expérimentés par l’entremise de Saegis, un partenaire du CMC. Le mentorat offert par Saegis inclut le développement d’un plan d’action personnalisé.* « Lors de la session de rétroaction animée, on encourage les participants à réfléchir à ce qu’ils font bien, à ce que d’autres ont indiqué qu’ils pourraient améliorer, et à élaborer et mettre en marche un plan d’action », explique Mme Fotheringham.

De plus, l’équipe du CMC 360 soutient les animateurs facilitant la rétroaction, qui sont en règle générale d’autres médecins, bien que des personnes non-médecins puissent aussi jouer ce rôle. « Nous avons élaboré des outils pour que les organisations participantes forment leurs animateurs », déclare Mme Fotheringham. « Nous produisons également une fiche de conseils qui tire les points saillants des rapports du CMC 360 à un haut niveau afin que les animateurs d’une organisation puissent planifier leur séance avec chaque médecin. »

Les médecins utilisant le CMC 360 se disent très satisfaits, en particulier envers la rétroaction des patients et le processus de rétroaction animée. La majorité d’entre eux estiment que l’expérience a entraîné une amélioration de leur pratique. Grâce à un programme de recherche qui appuie l’amélioration du programme, il y aura une évaluation supplémentaire des recherches quantitatives et qualitatives, débutant avec les données de cette première année.

Si l’on se base sur la première année du CMC 360, le CMC est en bonne voie pour atteindre sa vision d’un programme de rétroaction multisources national qui améliorera la médecine et les soins aux patients.

*Veuillez lire notre dernière mise à jour concernant la composante de mentorat offerte dans le cadre du programme du CMC 360.