Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Nouvelles
NouvellesTransformation grâce au partenariat

Transformation grâce au partenariat

Le 25 septembre 2018

Le CMC est un chef de file unique en médecine aujourd’hui, mais qu’il ne peut y arriver seul

Lorsque le Dr Jay Rosenfield parle de ce qui se passe aujourd’hui dans le domaine de l’éducation médicale et de l’évaluation des apprenants, il met l’accent sur deux mots : « transformation » et « partenariat ». Alors qu’il prend la direction du Conseil Médical du Canada (CMC), un des thèmes de sa présidence sera le travail en collaboration avec d’autres organisations pour l’élaboration des meilleurs cadres d’évaluation des médecins. Il affirme que le Conseil du CMC est unique du fait qu’il réunit des universités, des organismes de réglementation, des étudiants et résidents en médecine, ainsi que le public. Il doit aussi communiquer avec d’autres organismes canadiens de formation en médecine, comme le Collège des médecins de famille du Canada, le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada, l’Association des facultés de médecine du Canada, ainsi que d’autres organismes semblables de formation et d’évaluation des professions de la santé à l’échelle nationale et internationale.

Il s’inquiète du fait qu’il y a « trop de silos autour de l’éducation médicale au Canada. Nous n’avons pas vraiment de partenariat intégré pour l’évaluation et le maintien des compétences. »

Les partenariats entre professionnels sont également essentiels, ajoute-t-il, car la médecine fonctionne trop souvent en vase clos. Et, parmi les partenariats qu’il a mentionnés, il a hâte de collaborer avec la nouvelle directrice générale, la Dre Maureen Topps.

Adopter une vue d’ensemble

Le Dr Rosenfield révèle sa passion pour l’élaboration de systèmes intégrés. Lorsqu’il a ouvert sa pratique de pédiatrie développementale et qu’il a vu des listes d’attente allant jusqu’à deux ans, il a vite compris l’importance de l’intégration des soins individuels aux patients prodigués par des médecins aux services communautaires pour les familles et les enfants.

Une maîtrise en éducation l’a aidé à intégrer la médecine et l’éducation, à titre de vice-doyen du programme de médecine à la University of Toronto et, depuis 2017, à titre de vice-doyen de l’éducation médicale à Western University, une faculté qui s’intéresse aux interventions au niveau des systèmes. Il a participé à deux projets sous la bannière de l’Avenir de l’éducation médicale au Canada, en codirigeant le projet en médecine et en développant une intégration efficace sur tout le continuum de l’éducation médicale menant à la résidence et à la pratique au niveau postdoctoral.

Le Dr Rosenfield est membre actif du CMC depuis 2004 et siège à des comités sur les appels, la législation et la recherche et le développement. Il était dernièrement vice-président du CMC. Il possède également de l’expérience dans le domaine de la réglementation, ayant été membre du comité d’inscription du College of Physicians and Surgeons of Ontario et évaluateur des pairs.

Cette expérience a donné au Dr. Rosenfield une vue d’ensemble de l’éducation médicale et de la pratique. Il est convaincu que les compétences des médecins devraient être développées, évaluées et maintenues « sur tout le continuum de l’éducation médicale et dans la pratique ».

Le Dr Rosenfield évite les points de vue fixes et préfère poser des questions exploratoires sur le rôle du CMC et l’avenir de l’évaluation des médecins. « Quelles sont les compétences génériques dont tous les médecins ont besoin et comment devraient-elles être évaluées? », est l’une des questions sur lesquelles se concentre le nouveau président du CMC. Il s’interroge sur la nécessité de l’évaluation d’autres compétences propres à des spécialités en partenariat avec d’autres organisations.

À l’ère des « mégadonnées », les données du CMC pourraient aider à indiquer de nouvelles voies. Le Dr Rosenfield s’intéresse aux efforts déployés par le CMC pour analyser les données d’examen afin de déterminer si les examens permettent de prédire la compétence des médecins dans la pratique et si une intervention précoce pourrait prévenir de futures plaintes au sujet des médecins. Il mentionne que le CMC pourrait envisager d’utiliser ses données pour fournir une rétroaction plus détaillée aux apprenants.

Intégration travail-famille

« Ma famille et mes enfants sont tout aussi importants que ma profession dans ma vie », dit le Dr Rosenfield. Tous les enfants du Dr Rosenfield sont maintenant des professionnels, et l’un d’eux perpétue la tradition de la pédiatrie pour une quatrième génération. Le Dr Rosenfield est récemment devenu grand-père à deux reprises.

La musique est une passion familiale, avec Dr Rosenfield jouant du piano et sa femme, le hautbois. L’un de ses fils l’a récemment accompagné dans un voyage intitulé « Bach by Bike », en visitant les sites de la vie de Bach en Allemagne et en écoutant des représentations de la musique du compositeur. « C’était un moment marquant de ma vie », mentionne le Dr Rosenfield.