Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Nouvelles
NouvellesPEPSask et CMC 360 : des outils complémentaires pour améliorer la pratique des médecins en Saskatchewan

PEPSask et CMC 360 : des outils complémentaires pour améliorer la pratique des médecins en Saskatchewan

Le 7 septembre 2022

Le Practice Enhancement Program for Saskatchewan Physicians (PEPSask) est un programme éducatif qui favorise l’amélioration continue des médecins par l’entremise d’une évaluation de la qualité fondée sur la pratique.

Le PEPSask est financé annuellement à parts égales par le College of Physicians and Surgeons of Saskatchewan, la Saskatchewan Health Authority et la Saskatchewan Medical Association. La supervision du programme est assurée par un comité qui travaille indépendamment des organismes responsables du financement.


Les débuts

Avant de lancer le programme, le comité du PEPSask a passé en revue les programmes d’évaluation provinciaux existants. Cette analyse a révélé que les médecins s’amélioraient lorsqu’ils recevaient une rétroaction sur des aspects particuliers de leur pratique ainsi que des conseils pour y parvenir. Après le lancement du programme, en 1994, le PEPSask évaluait ses médecins par l’entremise de visites en cabinet, menées par des évaluateurs pairs formés, qui passaient en revue les dossiers de patients afin de déterminer si un médecin suivait les normes et lignes directrices existantes. Bien qu’efficace, cette méthode d’évaluation était coûteuse et exigeante sur le plan de la main-d’œuvre.

L’objectif étant d’évaluer chaque médecin admissible tous les 5 ans, il faut prévoir effectuer un nombre considérable d’évaluations, vu que la Saskatchewan compte plus de 2 500 médecins.

Ajout du CMC 360

Au début de 2020, le PEPSask a adopté le CMC 360 comme principal outil de son processus d’évaluation actualisé. Le DGeorge Carson, obstétricien-gynécologue et coprésident du comité du PEPSask, explique : « Nous devons en faire plus avec les ressources dont nous disposons, ce que le CMC 360 nous permet de faire. »

Les médecins sont choisis au hasard à partir d’un groupe de médecins admissibles en fonction des critères de sélection du PEPSask. Les médecins choisis doivent ensuite effectuer le CMC 360.

Le nom du programme – programme de mise en valeur de la pratique – énonce clairement son objectif principal. Le DCarson croit que la participation à ce processus d’évaluation constitue une occasion fantastique pour un médecin. « Il est fort peu probable que quiconque parmi nous soit parfait. » Pour illustrer ce point, il s’est soumis au processus d’évaluation, car il estimait juste qu’un membre du comité comprenne bien les attentes auxquelles les médecins saskatchewanais allaient devoir répondre. Comme c’est le cas pour la plupart des médecins qui effectuent le CMC 360, il a été rassuré par la rétroaction qu’il a reçue et a été en mesure de cerner certains ajustements qui lui permettraient d’améliorer sa pratique. « La validation que l’on fait du bon travail est en soi une bonne chose », reflète-t-il.

Une fois qu’un médecin participant a terminé de recueillir la rétroaction aux fins du CMC 360, il reçoit un rapport. Ensuite, un appel avec un médecin agissant à titre de mentor est organisé afin de passer le rapport en revue et d’aider le participant à créer un plan d’action qui lui permettra d’apporter un changement positif à sa pratique. Le comité du PEPSask, qui tranche sur les résultats de toutes les évaluations, étudie également le rapport CMC 360 de chaque médecin, tout en tenant compte de la présence de certains indicateurs préétablis qui sont associés à un risque accru de rendement problématique (ces indicateurs comprennent notamment un âge avancé, le volume de patients, la pratique en milieu isolé et l’absence d’apprenants dans la pratique). Une visite de suivi en cabinet est prévue lorsque le rapport soulève des préoccupations importantes. Le CMC 360 sert essentiellement d’outil de dépistage pour les visites en cabinet, plus coûteuses et plus exigeantes sur le plan de la main-d’œuvre. Dans cette optique, le PEPSask voit le CMC 360 et les évaluations en cabinet comme des outils complémentaires.

Cultiver l’amélioration continue

Le CMC 360 met l’accent sur le rendement des médecins en ce qui concerne les rôles de communicateur, de collaborateur et de professionnel selon le cadre CanMEDS. Le DCarson explique : « Les rôles de communicateur et de collaborateur, tout particulièrement, revêtent une importance intrinsèque dans le contexte des soins aux patients, et les évaluations en cabinet ne permettaient pas de bien évaluer ces aspects de la pratique. » Comme ces compétences s’appliquent à d’autres disciplines, les médecins peuvent en discuter ensemble, ce qui facilite la création d’une réserve de médecins mentors.

Le PEPSask s’attend à ce que les médecins participants prennent en compte les suggestions qui leur sont faites pour améliorer leur pratique et qu’ils les mettent en œuvre. La raison d’être du CMC 360 est l’amélioration de la qualité; cela dit, le DCarson est constamment préoccupé par la possibilité d’un faux négatif. Considérant que le CMC 360 évalue seulement trois des rôles CanMEDS, serait-il possible qu’il indique que la pratique d’un médecin est acceptable, même s’il existe un problème qui demeure inconnu, et qu’un patient subisse un préjudice? Le rôle d’expert médical, qui était bien mesuré lors des visites antérieures en cabinet, n’est pas mesuré par le CMC 360, mais le DCarson espère que la recherche permettra de dégager une corrélation possible. De manière à mitiger le risque, le PEPSask choisit au hasard certains médecins qui ont obtenu de bons résultats dans le cadre de leur CMC 360 aux fins d’une évaluation en cabinet; le médecin choisi et l’évaluateur ignorent tous les deux la raison motivant l’évaluation en cabinet.

En comparant un nombre suffisant de résultats d’évaluation en cabinet aux résultats positifs et négatifs obtenus par des médecins participant au CMC 360, le PEPSask espère déterminer si les compétences mesurées par le CMC 360 – communicateur, collaborateur et professionnel – parviendraient également à cerner adéquatement des problèmes qui pourraient aussi se manifester dans le rôle d’expert médical. Cela permettrait au PEPSask de concentrer ses ressources limitées sur les évaluations en cabinet qui sont vraiment nécessaires. Le PEPSask est le premier programme à recueillir ce type de données, et il compte partager ses résultats avec le Conseil médical du Canada (CMC).

Bien que le CMC 360 (et la rétroaction multisources en général) ne soit pas idéal lorsqu’utilisé seul aux fins de l’assurance de la qualité, le fait de combiner les données du CMC 360 en ce qui concerne les rôles de communicateur, de collaborateur et de professionnel aux données d’évaluation du rôle d’expert médical obtenues à l’aide d’autres outils permet d’obtenir un résultat adéquat, de même qu’un portrait plus global du rendement des médecins.*

Un effet significatif

Le PEPSask prévoyait effectuer 150 évaluations de médecins cette année, mais devrait dépasser ce nombre avec l’aide du CMC 360. Le programme pourra ainsi informer les organismes de financement qu’il a effectué plus d’évaluations que ce qu’il a été en mesure de faire jusqu’à maintenant. Le jumelage du CMC 360 aux évaluations en cabinet rapproche le PEPSask de son objectif, qui est d’évaluer périodiquement tous les médecins admissibles et d’offrir des soins de grande qualité à tous les patients de la Saskatchewan.

En savoir davantage sur le CMC 360

Conçu pour les médecins exerçant au Canada, le CMC 360 est un programme national de rétroaction multisources visant à aider les médecins à perfectionner leurs aptitudes en matière de communication, de professionnalisme et de collaboration selon le cadre CanMEDS. Ce programme, qui est centré sur la pratique courante, vise à aider les médecins à mieux comprendre leur pratique, y compris leurs points forts et leurs possibilités de perfectionnement, par la collecte de commentaires de collègues, de collaborateurs et de patients, ainsi que par le biais d’un mentorat individuel personnalisé. Le programme permet aux médecins d’obtenir plus de 12 crédits de développement professionnel continu (DPC) auprès du Collège des médecins de famille du Canada ou du Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. Ce programme dirigé par des chefs de file en matière d’évaluation médicale et par le CMC est appuyé par une équipe et des agents de service à la clientèle dévoués.

Pour de plus amples renseignements, consultez le programme CMC 360.

_______________

* Le CMC 360 a été créé à des fins de formation; il n’a pas pour objectif d’attribuer une note de passage ou d’échec à un médecin ni de lui attribuer un rang quelconque. Les opinions du comité d’assurance de la qualité, comme les observations relatives à la pratique, sont protégées. Cela permet de préserver l’indépendance des constatations du PEPSask par rapport au College of Physicians and Surgeons of Saskatchewan. Les règlements administratifs exigent que le PEPSask signale à l’ordre des médecins tout membre qui pose un danger immédiat au bien-être des patients de la Saskatchewan.