Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Nouvelles
NouvellesLa Saskatchewan International Physician Practice Assessment (SIPPA) lance un nouveau programme post-évaluation

La Saskatchewan International Physician Practice Assessment (SIPPA) lance un nouveau programme post-évaluation

Le 15 juin 2023

Les diplômés internationaux en médecine (DIM) font partie intégrante des effectifs médicaux au Canada, et c’est particulièrement vrai en Saskatchewan où la moitié des médecins en exercice ont été formés à l’étranger. Chaque année, environ 75 % des médecins qui commencent à exercer en milieu rural dans la province sont issus du programme Saskatchewan International Physician Practice Assessment (SIPPA), dans le cadre duquel les DIM effectuent un stage d’évaluation clinique de 12 semaines pour s’assurer qu’ils possèdent les compétences et les connaissances cliniques requises pour travailler efficacement et en toute sécurité dans le contexte canadien.

Le gouvernement provincial reconnaît la valeur de ce programme, qui a évalué avec succès 507 médecins depuis sa création en 2011, en raison du rôle clé joué par ses diplômés pour améliorer l’accès aux soins dans les régions rurales de la Saskatchewan. Au cours des deux dernières années, la SIPPA a également reçu du financement du ministère de la Santé pour instaurer d’importants changements, soit l’augmentation, en 2022, du nombre annuel cible de participants, passant ainsi de 36 à 45, suivie, au début de 2023, du lancement d’un programme visant à soutenir les participants entre la fin de leur stage d’évaluation clinique et l’obtention du permis d’exercice sans restriction.

Investir dans l’amélioration des soins aux patients

Compte tenu du fait que les médecins qui participent au programme exerceront dans des communautés rurales et régionales de la Saskatchewan, l’accent a été mis sur le renforcement du soutien qui leur est offert pendant les stages d’orientation et d’évaluation clinique, ainsi que sur l’accès à des ressources supplémentaires spécifiquement axées sur la pratique en milieu rural. Le Dr Jon Witt, directeur médical de la SIPPA, explique qu’après avoir examiné les résultats des évaluations des deux dernières années pour cerner les points forts et les lacunes en matière de soins d’urgence, l’équipe a déterminé des cours qui seraient utiles aux participants. Grâce au financement obtenu auprès du Committee on Rural and Regional Practice, qui est chapeauté par l’association médicale de la Saskatchewan, le programme offre désormais des cours de réanimation avancée en traumatologie et en pédiatrie, ainsi qu’un cours approuvé sur la gestion des voies respiratoires.

Le Dr Witt est convaincu que ces ressources accrues aideront les participants au programme SIPPA à parfaire leurs compétences et à gérer les situations d’urgence avec plus d’assurance : « Il s’agit d’un investissement en ressources assez important compte tenu du fait que les médecins participants sont assignés à des postes en milieu rural, généralement comme urgentistes de garde, et qu’il faut s’assurer qu’ils ont les connaissances, les compétences et la formation requises pour intervenir de manière compétente dans ce genre de situations. » Il souligne que « dans toute la province, on s’entend sur le soutien dont ces médecins ont besoin », ajoutant que certains organismes offrent maintenant une formation qui s’adresse spécialement aux participants de la SIPPA.

L’importance des évaluateurs

À mesure que le nombre de DIM inscrits au programme augmente, le principal défi auquel le programme SIPPA fait face, comme d’autres programmes d’évaluation de la capacité à exercer (ECE), demeure le recrutement de médecins évaluateurs. Sur ce point, le Dr Witt est reconnaissant de l’engagement des médecins évaluateurs de la SIPPA qui assument le travail supplémentaire que cette capacité accrue entraîne, tout en gérant la charge de travail liée à leur propre pratique: « Ils reconnaissent la valeur d’un processus rigoureux pour l’évaluation des participants et comprennent que la collaboration de tous les intervenants est essentielle pour répondre aux besoins des communautés rurales de la province. »

decorative red quotation marksLes médecins formés à l’étranger bénéficient d’un soutien important pour faire en sorte qu’ils possèdent les connaissances, les compétences et les aptitudes nécessaires afin de travailler efficacement et en toute sécurité avec les équipes de soins de santé et fournir des soins de qualité aux patients.

— Dr Jon Witt
Directeur médical du programme SIPPA


Étendre le soutien au-delà du processus d’évaluation

Afin de mieux encadrer les médecins lorsqu’ils commencent à exercer dans leur communauté, la SIPPA a lancé en janvier 2023 un programme post-évaluation complet. « Avant cela, la supervision des médecins, une fois leur stage d’évaluation clinique terminé, était assurée par le College of Physicians and Surgeons of Saskatchewan », explique le Dr Witt. « La SIPPA a proposé ce programme en vue d’assurer le suivi des médecins participants depuis la fin de leur parcours d’ECE jusqu’à l’obtention du permis d’exercice sans restriction. » Il souligne qu’il s’agit d’une « expansion du continuum du programme SIPPA, car les médecins ne sont pas nécessairement prêts à se lancer au terme de leur stage de 12 semaines. L’apprentissage, le soutien et l’accompagnement doivent se poursuivre. »

Ayant maintenant tous les éléments de supervision sous sa responsabilité, la SIPPA a étendu le processus du College of Physicians and Surgeons of Saskatchewan (CPSS) aux divers milieux cliniques dans lesquels les médecins sont appelés à évoluer, tels que les salles d’urgence et les cliniques ambulatoires en milieu hospitalier. Ainsi, le programme a récemment commencé à offrir du soutien en matière de vérification de dossiers auprès des médecins travaillant aux urgences, et prévoit étendre ce soutien dans les prochains mois aux médecins exerçant en milieu hospitalier et dans des établissements de soins de longue durée.

Un programme de formation intégrant les objectifs du CPSS ainsi que les commentaires d’anciens participants, de médecins-chefs et de chefs de file en médecine familiale a également été conçu pour combler les lacunes relatives aux connaissances et aux compétences à acquérir au cours de la transition vers la pratique au Canada. Le Dr Witt précise que tout au long de la première année suivant le stage d’évaluation clinique, les médecins participent activement à des activités de formation en prenant part à des simulations et à des séances hebdomadaires sur une variété de sujets cliniques. Il ajoute que certaines séances portent également sur la communication avec les patients et l’équipe, ainsi que sur le bien-être personnel.

Viser la réussite

L’une des principales composantes du programme post-évaluation consiste à soutenir les médecins dans leur cheminement vers la certification, étant donné que l’obtention d’un permis d’exercice sans restriction passe par la réussite de l’examen de certification. Le Dr Witt explique que la SIPPA a travaillé avec le Collège des médecins de famille du Canada (CMFC) pour aider les médecins à établir un plan d’apprentissage personnalisé et organiser périodiquement des rencontres de façon à pouvoir évaluer leur évolution ainsi que les défis auxquels ils font face. Ceux qui progressent bien au cours de la première année pourront passer à la préparation à l’examen de certification en médecine familiale ainsi qu’à un programme d’études plus ciblé au cours de la deuxième année.

Le Dr Witt fait part d’une autre initiative en cours, laquelle consiste à mettre sur pied un programme de rétroaction qui permettrait aux chefs cliniques locaux d’évaluer régulièrement le travail des diplômés de la SIPPA, de façon à « prendre rapidement conscience de tout problème potentiel ». Les médecins feront également l’objet d’une évaluation complète en prenant part au programme CMC 360 vers la fin de la première année de pratique dans leur communauté.

Quelques mois seulement après son lancement, le programme post-évaluation a été bien accueilli par les diplômés de la SIPPA, qui se sentent soutenus et mieux outillés pour faire face aux situations qu’ils peuvent rencontrer dans leur pratique quotidienne. Le Dr Witt ajoute que « les responsables cliniques sont également très satisfaits du programme et du fait qu’il y a un lien et une continuité ». Une fois entièrement opérationnel, la SIPPA comptera jusqu’à 150 médecins à diverses étapes du programme.

Selon le Dr Witt, l’expansion du continuum du programme SIPPA est un pas dans la bonne direction pour améliorer la qualité des soins ainsi que le bien-être et la rétention à long terme des médecins en milieu rural : « Les médecins qui ne se sentent pas dépassés et qui sont bien soutenus par une communauté de pairs, d’accompagnateurs et de mentors se sentiront plus compétents dans leur pratique et seront plus à l’aise d’exercer en milieu rural. » La rétention des médecins étant souvent citée par la SIPPA et d’autres programmes d’ECE comme l’un de leurs plus grands défis, le nouveau programme post-évaluation trace une voie à suivre pour inciter les médecins à rester dans les communautés rurales.