Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Nouvelles
NouvellesLa collaboration par la recherche

La collaboration par la recherche

Le 7 décembre 2018

En octobre 2018, deux chercheurs-psychométriciens du Conseil médical du Canada (CMC) se sont rendus à Dubaï pour participer à la 13e édition de l’International Conference on Medical Regulation. Cette conférence est organisée tous les deux ans par l’International Association of Medical Regulatory Authorities (IAMRA) afin d’offrir à ses membres l’occasion d’échanger des idées et de discuter de nombreux sujets, notamment la réglementation de la santé et l’éducation médicale. M. André De Champlain et Mme Fang Tian ont présenté les résultats préliminaires de leur recherche menée en collaboration avec le College of Physicians and Surgeons of Ontario (CPSO) et le College of Physicians & Surgeons of Alberta (CPSA).

Rendement à l’examen :
indicateur possible des résultats de l’évaluation de la pratique

Mme Fang Tian, chercheuse‑psychométricienne principale au CMC, a présenté une affiche (en anglais seulement) décrivant les résultats préliminaires de l’étude qu’elle entreprend actuellement en collaboration avec d’autres psychométriciens du CMC et des chercheurs du CPSO.

Cette recherche vise à examiner le lien entre le rendement des médecins aux examens d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC) et leur rendement dans la pratique dans le cadre du programme d’évaluation de la pratique et des pairs du CPSO. « Cette recherche axée sur les résultats aiderait le CMC à recueillir des données probantes pour appuyer la validité de ses examens pour l’obtention d’un permis d’exercice tout en aidant le CPSO à identifier les facteurs de risque pour les médecins en exercice », déclare Mme Tian.

« Les résultats préliminaires indiquent qu’il existe un lien statistique significatif entre le rendement des médecins à l’EACMC, partie II, et leur rendement dans la pratique tel qu’évalué par le programme d’évaluation de la pratique et des pairs du CPSO », confirme Mme Tian. Précisément, les candidats qui ont réussi l’EACMC, partie II, à leur première tentative ont une probabilité de 76 % d’obtenir un résultat satisfaisant à l’évaluation des pairs. Bien que ces résultats préliminaires soient prometteurs, elle met en garde contre la surestimation de ces résultats, car le rendement des médecins peut être affecté par de nombreux facteurs.

Après avoir présenté son affiche à la conférence, Mme Tian se réjouit de continuer sa collaboration avec le CPSO à cette étude. « Cet événement a aussi donné l’occasion de réseauter avec des collègues de divers ordres des médecins, ce qui peut mener à d’autres collaborations pour mener des recherches axées sur les résultats. »

Rendement à l’examen :
indicateur possible des plaintes des patients et des habitudes de prescription

Une deuxième affiche (en anglais seulement) présentée à la conférence par M. André De Champlain, directeur de psychométrie et services docimologiques du CMC, portait sur un sujet différent. M. De Champlain, ainsi que d’autres psychométriciens du CMC et des chercheurs du CPSA concentrent actuellement leur attention sur la relation possible entre les résultats aux examens du CMC et les plaintes des patients, ainsi que les habitudes de prescription d’opioïdes et de benzodiazépines par les médecins. « L’utilisation principale de nos examens d’aptitude est de fournir les meilleures preuves possibles aux ordres des médecins que les médecins sont prêts à entreprendre la pratique supervisée et indépendante au Canada », déclare M. De Champlain. « Cependant, on s’intéresse de plus en plus à l’utilisation des résultats à d’autres fins. » Les deux organisations sont intéressées à examiner les notes de passage et d’échec à la première tentative pour l’EACMC, partie I, et l’EACMC, partie II, et à déterminer si ces résultats permettent de prévoir les plaintes des patients, et les habitudes dangereuses de prescription d’opioïdes et de benzodiazépines.

Les résultats préliminaires de l’étude indiquent que les candidats qui échouent à la première tentative à l’EACMC, partie I, reçoivent 27 % de plus de plaintes de la part de leurs patients que ceux qui réussissent. Les candidats qui échouent à leur première tentative de l’EACMC, partie II, sont susceptibles de prescrire des opioïdes et des benzodiazépines, en doses élevées, à 30% de patients de plus que les médecins qui réussissent l’examen à la première tentative. « Ces résultats sont significatifs puisqu’ils fournissent aux ordres des médecins de l’information qui pourrait être utile pour déterminer quels médecins pourraient avoir besoin de soutien au début de leur carrière », affirme M. De Champlain. De plus, il ajoute que cette recherche permet au CMC de recueillir des preuves de validité des examens à des fins autres que l’obtention du permis d’exercice.

À l’avenir, le CMC et le CPSA travailleront sur la deuxième partie de cette étude, qui portera sur l’évaluation de la capacité des résultats à l‘EACMC, partie I, et de l’EACMC, partie II, à prévoir les différents types de plaintes des patients. « Nous aimerions aussi examiner de plus près l’échantillon qui a été choisi pour nous assurer qu’il représente l’ensemble de la population de médecins en Alberta », mentionne M. De Champlain.