Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Nouvelles
NouvellesDe Canberra à Ottawa : l’AMC et le CMC tissent des liens plus solides

De Canberra à Ottawa : l’AMC et le CMC tissent des liens plus solides

Le 23 novembre 2023

Les 21 et 22 septembre 2023, le Conseil médical du Canada (CMC) a accueilli avec enthousiasme une délégation de l’Australian Medical Council (AMC) à son bureau d’Ottawa. Lors de cette visite, les deux organisations ont pu échanger des connaissances sur leurs intérêts mutuels et mieux comprendre les milieux d’évaluation en Australie et au Canada. Étant donné que la collaboration internationale avait été perturbée en raison de la pandémie, cette réunion en personne avec nos homologues australiens a été particulièrement bien accueillie. Les discussions clés ont porté sur les évaluations et sur des sujets cruciaux comme les voies menant à l’obtention du permis d’exercice pour les diplômés internationaux en médecine (DIM), les relations avec les Autochtones, les pratiques respectueuses des réalités culturelles ainsi que la gestion des données.


Une attention particulière à la santé et la sécurité culturelle des Autochtones

Avant d’entrer dans le vif du sujet, les équipes de l’AMC et du CMC ont eu l’honneur d’entendre les sages paroles de l’aîné Albert Dumont et le talent musical au chant et au tambour de Claire Brascoupé, tous deux de la nation algonquine Anishinaabe.

Parmi les nombreux sujets abordés au cours des deux journées, l’engagement de l’AMC à assurer des pratiques respectueuses des réalités culturelles et à améliorer les résultats de santé pour les peuples aborigènes et/ou insulaires du détroit de Torres ainsi que pour les Māoris a particulièrement suscité l’intérêt du CMC. En plus de la visite de la délégation, Philip Pigou, chef de la direction de l’AMC, a prononcé la semaine suivante un discours inspirant lors de l’Assemblée annuelle du CMC, mettant l’accent sur la valeur du public dans le contexte de la réglementation. Puisant dans l’expérience australienne, M. Pigou a partagé de précieuses connaissances et observations au sujet de la sécurité culturelle et la main-d’œuvre. Dans son allocution, il a invité l’auditoire à réfléchir de façon plus générale aux défis auxquels font face l’éducation médicale et les milieux de la réglementation et de l’évaluation. M. Pigou a également participé à des conversations productives en compagnie d’autres leaders pour réfléchir à ce que le CMC peut accomplir en vue de transformer les soins de santé.


Réalités communes aux systèmes australien et canadien

L’AMC et le CMC ont comme objectif commun de maintenir l’excellence dans les soins de santé. Ils veillent à ce que les médecins praticiens en Australie et au Canada respectivement possèdent les compétences, les connaissances et les comportements professionnels et éthiques pour répondre aux normes les plus élevées en matière de soins aux patients. Bien que leurs objectifs concordent, des différences notables existent en ce qui a trait au rôle des deux organisations. L’AMC est chargé d’accréditer les programmes de médecine dans le continuum de l’enseignement médical et d’évaluer les DIM, tandis que le CMC se concentre sur l’évaluation des compétences de base de tous les médecins au Canada, qu’ils soient diplômés en médecine au Canada ou à l’étranger, avant la formation et la certification dans une spécialité.

Les discussions à Ottawa ont porté sur les principaux aspects d’une future collaboration portant sur les pratiques en matière d’évaluation. Les équipes ont réfléchi à l’élaboration de nouvelles approches d’évaluation qui cadrent avec l’environnement des soins de santé en constante évolution dans les deux pays, comme l’intégration de l’intelligence artificielle et de l’apprentissage automatique dans les évaluations. Tandis que l’Australie et le Canada sont confrontés aux mêmes défis en matière de main-d’œuvre dans le domaine de la santé, les groupes ont aussi discuté de stratégies pour mettre en place des politiques de recrutement efficaces et éthiques pour les DIM, ainsi que d’approches pour accélérer leur intégration dans le système tout en assurant des soins sécuritaires et de grande qualité.

La sécurité culturelle dans l’éducation médicale et l’évaluation, qui constitue un autre sujet essentiel, a permis aux équipes de discuter du travail effectué dans leur paysage médical respectif pour faire progresser l’équité, la diversité et l’inclusion.

La virtualisation étant de plus en plus utilisée pour la prestation d’évaluations, un autre sujet important à l’ordre du jour était l’administration des examens par voie de surveillance à distance. Alors que deux examens du CMC sont offerts par voie de surveillance à distance comme solution de rechange aux centres d’examen, l’équipe du CMC a fait part de ses constatations en matière de sécurité des examens. L’équipe a également parlé de l’amélioration de l’expérience des candidats qui passent les examens par surveillance à distance, tout en maintenant la validité et l’intégrité des examens. Les produits préparatoires de grande qualité du CMC, qui constituent de précieux outils de préparation aux examens pour les candidats, ont également suscité l’intérêt de l’AMC.

 

Mobiliser tous les publics pour aider à transformer les résultats pour la santé 

À titre de conférencier invité à l’Assemblée annuelle du CMC, le chef de la direction de l’AMC Philip Pigou s’est inspiré de son expertise acquise au cours d’une carrière de 18 ans dans le domaine de la réglementation pour offrir une présentation convaincante ayant pour thème « Ajouter de la valeur au public ». En se basant sur le commentaire inspirant d’Elizabeth Davis : « Vous ne pouvez pas parler en mon nom si je n’ai pas eu mon mot à dire », M. Pigou a parlé de la nécessité d’ériger une approche inclusive et dynamique qui tient compte de la valeur du public. Il a souligné l’engagement de l’AMC à l’égard de la sécurité culturelle et a rappelé son importance dans l’amélioration des résultats de santé des peuples autochtones. Il a également mis en valeur l’inclusion des peuples aborigènes et insulaires du détroit de Torres ainsi que les Māoris dans les processus d’évaluation et d’accréditation, en précisant qu’un tel changement exige un leadership « doté d’une vision, d’un but et de valeurs clairs ».

Decorative quotation marks

« Notre stratégie doit être de mobiliser tous nos publics et toutes nos collectivités en vue 
d’améliorer les résultats de santé de la manière souhaitée collectivement. »

— Philip Pigou, chef de la direction de l’Australian Medical Council

 

M. Pigou a souligné les efforts continus déployés pour promouvoir l’autodétermination et le partenariat avec les communautés autochtones et a parlé de la démarche de l’AMC qui, dans le cadre de sa stratégie visant à appuyer la santé des Autochtones dans tous les aspects de son travail, a recruté des membres du conseil d’administration autochtones ainsi que du personnel autochtone pour diriger et réaliser le changement. De plus, M. Pigou a indiqué que, bien que ces considérations s’appliquent au contexte de l’agrément de l’éducation médicale en Australie, les principes sont similaires pour tout travail impliquant et touchant les peuples autochtones.

Pour conclure son allocution, M. Pigou a fait part de ses précieuses réflexions au sujet de la main-d’œuvre et de l’aspect éthique du recrutement des DIM, qui représentent un défi commun pour l’Australie et le Canada. Il a également souligné l’initiative menée par l’AMC pour mieux comprendre le parcours des DIM, en passant en revue la façon dont les DIM sont évalués afin de mettre en œuvre des changements.

En poursuivant sur la lancée de ce travail de collaboration, les équipes de l’AMC et du CMC auront l’occasion d’élargir les domaines de collaboration qu’elles ont abordés au cours de la rencontre et d’étendre la conversation à la communauté internationale de chercheurs et de praticiens. Malgré la distance géographique, les deux organisations sont déterminées à développer leur relation au moyen d’interactions virtuelles futures, et ce, afin de créer un paysage plus interconnecté et résilient sur le plan de l’éducation médicale.