Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher

Foire aux questions pour le CMC 360

CMC 360Pour les médecinsFoire aux questions pour le CMC 360

Demander de la rétroaction

L’évaluation met l’accent sur les rôles de communication, de collaboration et de professionnalisme de CanMEDS et CanMEDS-Médicine familiale. Elle porte sur votre capacité à communiquer avec les patients, vos collègues médecins et vos collègues non-médecins ainsi que sur votre capacité à travailler avec professionnalisme, honnêteté, intégrité, engagement, compassion, respect et altruisme.

La perspective multidimensionnelle offerte par de nombreux patients, collègues médecins et collègues non-médecins donne une vision statistiquement plus fiable de votre pratique. Nous devons recevoir votre autoévaluation ainsi que des sondages remplis par au moins 25 patients, huit collègues médecins et huit collègues non-médecins. En envoyant les sondages à un plus grand nombre de personnes, vous pouvez augmenter vos chances de recevoir une rétroaction enrichie.

Oui, vous pouvez fournir une tablette ou un ordinateur afin de faciliter la réalisation du sondage en ligne auprès des patients dans votre bureau. Si vous utilisez un dispositif partagé, nous vous recommandons d’effacer régulièrement la mémoire cache et les témoins de votre navigateur. Nous vous recommandons également de désactiver la fonction de remplissage automatique pour éviter les réponses écrites en double.

Oui, les sondages auprès des patients sont conçus de façon à ce que tout patient avec lequel vous avez interagi dans un contexte clinique, même dans le cadre d’une seule consultation, puisse fournir des commentaires. Cela s’applique également aux consultations par vidéoconférence ou par téléphone. Si une question n’est pas pertinente pour sa visite particulière, le patient peut répondre « Incapable d’évaluer ».

Le CMC publie uniquement des résultats agrégés, lorsque le nombre minimal requis de réponses a été reçu. Ce nombre minimal est nécessaire pour effectuer une évaluation valide. La présentation des résultats à un niveau agrégé aide à protéger la confidentialité des répondants. Le fait d’assurer la confidentialité des répondants aide à garantir que vous recevrez une rétroaction impartiale et de qualité.

Les répondants que vous choisissez doivent être des patients, des collègues médecins et des collègues non-médecins avec lesquels vous avez interagi au cours de la dernière année civile. Si vous n’êtes pas en mesure de fournir le nombre minimal de répondants, communiquez avec nous à [email protected] ou au 1-833-521-6024 (sans frais).

Résultats et étapes suivantes

Les résultats ne doivent pas être considérés comme « bons » ou « mauvais ». La rétroaction doit vous aider à élaborer des plans personnalisés de développement professionnel continu et axés sur les possibilités d’amélioration de la qualité des soins offerts aux patients.

Dans la plupart des cas, lorsque votre programme du CMC 360 et vos séances de mentorat seront terminés, vous pourrez télécharger un certificat d’achèvement à partir de votre compte du CMC 360. Utilisez ce certificat pour demander des crédits directement au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada ou au Collège des médecins de famille du Canada.

Les médecins qui ont été sélectionnés pour participer au CMC 360 dans le cadre d’un programme d’évaluation d’une organisation pourraient devoir communiquer directement avec leur organisation pour demander des crédits de DPC.

Comprendre le CMC 360

La plupart des médecins ont tendance à obtenir de bons résultats. Il est probablement inutile de mettre en évidence ceux qui se situent dans la tranche inférieure des 10 %, et cela pourrait entraîner certaines conséquences imprévues, comme de la détresse émotionnelle ou le fait de miser sur des enjeux qui ne sont pas vraiment problématiques, mais qui se retrouvent sous la « norme »1,2,3

Pour éviter ce piège, le CMC 360 présente les données de manière à ce que le médecin puisse examiner ses forces et les possibilités d’amélioration par rapport à lui-même par groupe d’évaluateurs. Ainsi, nous espérons mettre l’accent sur l’objectif souhaité du CMC 360 : l’amélioration de la qualité.

(En anglais seulement)
  1. Hill, J. J., Asprey, A., Richards, S. H., et Campbell, J.L. (2012). Multisource feedback questionnaires in appraisal and for revalidation: a qualitative study in UK general practice . British Journal of General Practice, 62(598), 314–321. 
  2. DeNisi, A.S., et Kluger, A. N. (2000). Feedback effectiveness: Can 360-degree appraisals be improved? Academy of Management Executive, 14(1), 129–139.
  3. Sargeant, J., Mann, K., Sinclair, D., van der Vleuten, C., et Metsemakers, J. (2007). Challenges in multisource feedback: intended and unintended outcomes. Medical Education, 41(6), 583–591. 

Les médecins n’observent pas souvent directement le rendement de leurs pairs dans le rôle de l’expert médical; la rétroaction sur ces comportements peut donc ne pas être perçue comme étant crédible et n’est pas utilisée subséquemment pour orienter l’amélioration de la pratique.1

L’utilisation d’autres outils (p. ex. vérification de dossiers médicaux, rappel stimulé par les dossiers, habitudes de prescription et mesures de résultats) permet une meilleure acceptation et une évaluation plus fiable du rôle de l’expert médical. Le CMC 360 répond à une demande pancanadienne visant l’élaboration d’un outil de rétroaction multisources qui se concentre sur les rôles de collaborateur, de communicateur et de professionnel.

Bien que le CMC 360 (et la rétroaction multisources en général) ne soit pas adapté pour être utilisé isolément à des fins d’évaluation sommative ou d’assurance de la qualité, la combinaison des données du CMC 360 au sujet des rôles de communicateur, de collaborateur et de professionnel avec des données évaluant le rôle de l’expert médical au moyen d’autres outils est appropriée et pourrait fournir une évaluation plus holistique du rendement d’un médecin.

(En anglais seulement)
  1. Sargeant, J., Mann, K., Sinclair, D., van der Vleuten, C., et Metsemakers, J. (2007). Challenges in multisource feedback: intended and unintended outcomes, Medical Education, 41(6), 583–591.
  • Une approche rigoureuse à volets multiples et fondée sur des données probantes a été adoptée pour élaborer et évaluer le CMC 360.
  • Un groupe d’experts pancanadien a élaboré les sondages et le rapport. Ce groupe était composé de médecins, de chercheurs en éducation médicale, d’ordres de médecins et d’hôpitaux.
  • Les données probantes existantes sur la rétroaction multisources et les leçons tirées d’outils de rétroaction multisources antérieurs ont été fortement consultées et utilisées.
  • Des groupes de discussion composés de médecins, de collègues non-médecins et de patients ont été tenus afin de recueillir des commentaires sur les sondages et le rapport.
  • Un vaste projet pilote a été mis à l’essai comprenant la collecte et l’évaluation :
    • de données du CMC 360,
    • de sondages d’évaluation postérieurs au CMC 360,
    • de groupes de discussion avec des médecins et des animateurs,
    • de rapports d’animateurs sur leurs discussions avec des médecins,
    • de plans d’action des médecins pour l’amélioration de la qualité,
    • d’un sondage de suivi effectué six mois après le programme auprès des médecins au sujet de la mise en œuvre de leurs plans.
  • Les résultats de notre projet pilote révèlent ce qui suit :
    • la plupart des évaluations et des commentaires sont très positifs;
    • la plupart des commentaires précisent des aspects de comportements ciblés par les éléments évalués;
    • chaque médecin reçoit plusieurs commentaires écrits de la part de collègues médecins, de collègues non-médecins et de patients;
    • les médecins accordent beaucoup de valeur aux commentaires écrits et à la facilitation;
    • les médecins utilisent leurs données du CMC 360 pour créer et mettre en œuvre des plans d’amélioration;
    • les médecins et les animateurs utilisent à la fois des données quantitatives et qualitatives pour créer des plans d’action pour les médecins.

La rétroaction quantitative seule est souvent interprétée comme étant dénuée de sens et imprécise. L’ajout de commentaires écrits peut jouer un rôle important pour mettre en contexte des évaluations chiffrées au moyen de la description d’exemples précis et des facteurs contextuels liés à un comportement. En outre, les personnes qui reçoivent une rétroaction se disent plus satisfaites d’une rétroaction qui comprend un texte écrit et signalent une plus grande tendance à utiliser cette rétroaction pour apporter des améliorations futures.1,2,3

(En anglais seulement)
  1. Brutus, S. (2009). Words versus numbers: A theoretical exploration of giving and receiving narrative comments in performance appraisal. Human Resource Management Review, 20(2), 144–157.
  2. Overeem, K., Lombarts, M. J., Arah, O. A., Klazinga, N. S., Grol, R. P., Wollersheim, H. C. (2010). Three methods of multi-source feedback compared: A plea for narrative comments and coworkers’ perspectives. Medical Teacher, 32(2), 141–147. 
  3. Vivekananda-Schmidt, P., MacKillop, L., Crossley, J., et Wade, W. (2013). Do assessor comments on a multi-source feedback instrument provide learner-centred feedback? Medical Education, 47(11), 1080–1088.