Le Conseil médical du Canada

Un havre pour l’évaluation de la capacité à exercer à Hanna, en Alberta

Un havre pour l’évaluation de la capacité à exercer à Hanna, en Alberta

Que se passe-t-il lorsqu’une clinique rurale accueille un flot continu de candidats pour l’évaluation de la capacité à exercer (ECE)?

« On rencontre des gens de divers milieux et de diverses cultures. On apprend à les connaître personnellement aussi », dit Shannon McBride, une adjointe au médecin qui travaille au sein de l’équipe de la Hanna Medical Clinic à Hanna, en Alberta.

« Les patients voient cela d’un œil positif », explique Tannis Voltner, gestionnaire de bureau de la clinique. « On demande aux patients s’ils sont à l’aise de rencontrer le candidat à l’ECE avant leur médecin de famille. Seulement un très petit pourcentage de gens souhaitent voir leur médecin de famille uniquement. »

Les candidats à l’ECE qui ont été évalués à la Hanna Medical Clinic ont tous réussi, et nombre d’entre eux exercent maintenant la médecine dans des collectivités rurales partout en Alberta.

De partout jusqu’à Hanna

« J’aime le fait qu’à chaque visite, je peux rencontrer un autre aspirant médecin qui suit sa formation dans notre milieu rural. Je me croise toujours les doigts pour qu’il voie l’attrait d’une petite collectivité et qu’il choisisse d’exercer la médecine dans ce milieu à l’avenir. »
.
patient de la Hanna Medical Clinic..

Tout a commencé avec le lancement de Practice Readiness Assessment Alberta par le College of Physicians & Surgeons of Alberta (CPSA) en 2010. Quelques années plus tard, à la Hanna Medical Clinic, le Dr Emad Hanna (qui, par coïncidence, porte le nom de sa ville comme nom de famille) a offert d’évaluer des candidats qui se soumettaient à une ECE. Le Dr Hanna se rappelle avoir aimé la formation d’évaluateur offerte par l’entremise du CPSA qu’il a dû suivre avant d’assumer ce nouveau rôle.

« Cela fait partie de ma personnalité. Si je suis capable de faire quelque chose pour aider quelqu’un, pourquoi pas? », dit-il en parlant de son rôle d’évaluateur. Étant lui-même diplômé international en médecine (DIM), en provenance de l’Égypte, le Dr Hanna comprend à quel point il peut être difficile de commencer à exercer la médecine au Canada. Il accorde aussi de la valeur à la formation qu’il a suivie auprès d’évaluateurs à Glasgow, au Royaume-Uni. Aujourd’hui, il donne au suivant. Chaque année, la clinique a accueilli plusieurs candidats à l’ECE pour des évaluations de trois mois.

   

Prendre soin d’une vaste collectivité

Le programme est une bénédiction pour les régions rurales de l’Alberta, affirme Mme McBride. « De nos jours, bien des résidents souhaitent se retrouver dans les villes, donc nous voyons l’arrivée de tout médecin qui souhaite exercer dans une région rurale comme un élément positif. » Située à environ 200 km au nord-est de Calgary, Hanna se trouve dans une grande zone agricole. La clinique couvre un vaste territoire, qui s’étend à l’est jusqu’à Cereal, au sud jusqu’à Cessford et Pollockville, à l’ouest jusqu’à Delia et Morrin et au nord jusqu’à Castor, Endiang et Byemoor.

« Nous connaissons le Dr Hanna depuis qu’il est arrivé à Hanna. Il consacre de nombreuses heures à aider de jeunes étudiants universitaires et de nouveaux médecins étrangers arrivant au Canada, ce qui est exceptionnel! Nous avons rencontré nombre de gens très intéressants qui ont travaillé avec lui. »
..
patient à la Hanna Medical Clinic..

Mme Voltner confirme que chaque médecin traite entre 20 et 30 patients par jour, en plus des cas urgents. Mme McBride ajoute que les médecins de famille membres du personnel travaillent non seulement à la clinique, mais effectuent aussi des visites d’hôpital à la Hanna General Hospital, un établissement de soins de longue durée et un pavillon pour aînés. En plus, les médecins, à tour de rôle, travaillent sur appel au service d’urgence de la Hanna General Hospital. « On s’occupe de tout et de chacun », dit Mme McBride. « Il y a beaucoup d’aînés dans la région, on constate donc des besoins de soins de santé qui viennent avec l’âge. »

Selon Mme Voltner, « Nous avons également remarqué que les candidats à l’ECE souhaitent jouer un rôle au sein de la collectivité rurale. » Par exemple, une candidate à l’ECE a fait venir toute sa famille dans la collectivité. « Ses enfants ont vécu une expérience extraordinaire. Ils se sont aussitôt fait des amis et ils ont passé l’Halloween. »

La recette du succès de l’ECE à Hanna

Mme Voltner attribue au Dr Hanna une grande part du succès des candidats à l’ECE. « C’est un évaluateur exceptionnel. Il est très ouvert et il prend le temps d’expliquer les choses en détail. »

Le Dr Hanna dit que les candidats à l’ECE réussissent tous bien, mais que même si certains sont « prêts à pratiquer la médecine sans tarder », d’autres « ont besoin de s’exercer davantage ». En plus d’être responsable de l’évaluation, le Dr Hanna montre aux candidats à l’ECE à se servir des lignes directrices de pratique clinique et à aiguiller les patients vers des spécialistes dans les cas qui nécessitent une expertise médicale plus poussée.

Mme McBride croit que l’excellente ambiance qui règne à la clinique contribue également à la réussite. « C’est un milieu de travail formidable. C’est comme une famille. Nous travaillons bien ensemble et nous nous aidons. »

La clinique contribue à la réussite des DIM, mais elle en tire aussi un avantage. En plus du Dr Hanna, l’un des autres médecins de famille à la clinique est un DIM. La clinique accueillera sous peu un nouveau médecin au sein de son équipe. Sans surprise, il s’agit d’une DIM, diplômée d’un programme d’ECE.

..Légendes de photos :..
La Hanna Medical Clinic offre des services de médecine familiale dans un établissement moderne aux résidents d’une grande région rurale.

..Membres de l’équipe clinique (de gauche à droite) :.. 
Tannis Voltner, gestionnaire de bureau;
Dr Emad Hanna, médecin de famille;
et Shannon McBride, adjointe au médecin.