Le Conseil médical du Canada

Les évaluations du CMC : un regard tourné vers l’avenir

Les évaluations du CMC : un regard tourné vers l’avenir

En avril, une délégation du Conseil médical du Canada (CMC) a participé à la Conférence canadienne sur l’éducation médicale (CCEM) tenue à Niagara Falls du 12 au 15 avril 2019. Des employés du CMC ont présenté des exposés et ont participé à des ateliers portant sur les évaluations et les recherches effectuées par le CMC, le CMC 360 et bien d’autres sujets. De plus, un kiosque du CMC a été installé pour accueillir les participants et répondre à leurs questions concernant le CMC pendant la conférence.

Séance administrative du CMC

Durant la séance administrative, la Dre Maureen Topps, directrice générale et chef de la direction du CMC, et M. André De Champlain, directeur de psychométrie et services docimologiques du CMC, ont présenté un exposé sur le thème « MCC’s Assessments: A focus on the Future » et ont ensuite échangé avec les participants sur différents sujets liés aux modifications récentes apportées aux évaluations et à celles qui pourraient y être apportées à l’avenir.

À la suite de la mise en œuvre du nouveau Plan directeur relatif aux évaluations, on a administré pour la première fois en 2018 l’examen d’aptitude du Conseil médical du Canada (EACMC), partie I, et l’EACMC, partie II, mis à jour selon les spécifications relatives aux évaluations.

 

Le CMC a effectué une importante mise à jour du programme d’évaluation au cours des deux dernières années pour faire en sorte que les évaluations reflètent davantage la réalité actuelle de la profession médicale. Par exemple, l’EACMC, partie II, est maintenant axé sur les dimensions des soins et les activités du médecin et met l’accent sur les comportements professionnels. »

Dre Maureen Topps,
Directrice générale et chef de la direction, CMC

 

La Dre Topps a expliqué aux participants les changements, y compris l’élimination progressive de l’examen d’évaluation du Conseil médical du Canada (EECMC) et la possibilité de passer l’EACMC, partie I, à l’étranger. Les candidats admissibles peuvent maintenant s’inscrire à l’EACMC, partie I, à tout moment et ont accès à un plus grand nombre de sessions d’examen (quatre en 2019 et jusqu’à cinq à partir de 2020). Prometric, un fournisseur fiable de solutions technologiques en matière d’examens et d’évaluations, a été choisi pour offrir l’EACMC, partie I, dans plus de 80 pays.

La Dre Topps a rappelé aux participants qu’un troisième examen, l’examen de la Collaboration nationale en matière d’évaluation, a récemment fait l’objet d’une mise à jour. La première session de ce nouvel examen a eu lieu le 9 mars 2019. Le lancement de tout nouvel examen est suivi d’un processus rigoureux d’établissement du seuil de réussite afin de revoir et d’établir de nouveau la note de passage. Ce processus a lieu à tous les trois à cinq ans, ou à la suite de modifications importantes apportées à un programme d’examen.

Atelier de discussion

De quelle manière le CMC évaluera-t-il les compétences qui seront exigées des médecins à l’avenir? À la suite de l’exposé, la Dre Topps et M. De Champlain ont interpellé les participants pour connaître leurs idées à propos de cette question importante. Ainsi, un échange a suivi avec les participants composés d’intervenants, de responsables des organismes de réglementation et d’étudiants. « Il s’agissait d’une occasion de connaître les points de vue de nos intervenants sur les changements touchant l’enseignement médical et l’environnement de pratique de la médecine et la façon dont il faudra en tenir compte dans l’élaboration des futures évaluations », déclare Mme Kathryn Keyes, directrice des communications du CMC.

On a formé quatre groupes avec les participants, qui ont ensuite discuté des compétences qui seront exigées des nouveaux médecins de même que d’autres thèmes, notamment, la meilleure façon d’intégrer les technologies. Les groupes ont fait part de leurs avis quant aux aspects sur lesquels le CMC devrait porter son attention (communication, compétences interprofessionnelles, utilisation de l’intelligence artificielle, etc.).

Après la discussion, M. De Champlain a présenté les initiatives du CMC qui sont en cours, comme la création automatisée de questions d’examen et l’automatisation du processus de notation, tout en soulignant la façon dont ces initiatives contribueront à appuyer l’évaluation de nouvelles compétences en médecine. Il a aussi présenté les travaux de recherche en cours visant à évaluer si les examens du CMC peuvent être utilisés à d’autres fins que l’octroi du permis d’exercice de la médecine, en particulier pour mieux comprendre les taux de plaintes et les habitudes en matière d’ordonnances des médecins qui exercent la médecine.

« Comme le perfectionnement professionnel continu et personnalisé est devenu une exigence pour les médecins, les évaluations du CMC devront refléter ce changement à l’avenir », explique M. De Champlain. On atteindra cet objectif en offrant de la souplesse quant aux périodes d’inscription, en ajoutant des évaluations formatives et en faisant la promotion des évaluations en cours d’exercice.

Atelier sur le CMC 360

Le CMC 360 est un outil qu’offre le CMC pour évaluer le rendement des médecins en cours d’exercice. Il est axé spécifiquement sur trois des rôles définis par le cadre CanMEDS (collaborateur, communicateur et professionnel). On demande aux collègues médecins, aux collègues non-médecins et aux patients du médecin qui participe au CMC 360 de répondre à des questions concernant différents éléments liés au rendement. Les médecins qui participent au programme reçoivent un rapport qui souligne ce qu’ils font bien et les points à améliorer. Pour les aider à réfléchir à ces informations, les médecins reçoivent aussi une séance de rétroaction et de mentorat.

Un atelier intitulé « Using Multi-Source Feedback (MSF) reports to have feedback conversations about collaboration, communication, and professionalism » a été présenté dans le cadre de la CCEM. Mme Alexa Fotheringham, gestionnaire de programme du CMC 360, et Mme Marguerite Roy, chercheuse en éducation médicale au CMC, ont codirigé l’atelier. Les participants ont fait part de leurs propositions sur la façon de communiquer la rétroaction multisources aux médecins en utilisant le rapport du CMC 360. Le groupe a donné une variété d’idées pendant la discussion.

Maintenant que le premier projet pilote du CMC 360 auprès du College of Physicians & Surgeons of Alberta s’est achevé avec succès, les responsables du CMC collaborent avec d’autres organisations, comme le College of Physicians and Surgeons of Manitoba, le College of Physicians and Surgeons of British Columbia et d’autres autorités sanitaires régionales.

« La prestation du CMC 360 est maintenant établie, et nous sommes heureux que des organisations de partout au pays s’ajoutent comme prestataires et collaborent pour faire en sorte que ce programme devienne le programme national de rétroaction multisources pour les médecins en exercice », a déclaré la Dre Claire Touchie, chef en éducation médicale du CMC. Les responsables de certaines autorités sanitaires régionales et de certains établissements hospitaliers prévoient adopter le CMC 360 cet automne. Puisque le CMC 360 a été conçu pour être accessible aux médecins au cours de leur continuum d’exercice, le CMC collabore aussi avec quatre facultés de médecine au Canada pour examiner la possibilité que les étudiants de premier cycle puissent utiliser cet outil.

Les responsables du CMC remercient toutes les personnes qui ont participé aux différentes séances, et les informations et rétroactions recueillies au cours de la CCEM tenue à Niagara Falls serviront à façonner et à appuyer davantage leur travail.

   Photo : La Dre Maureen Topps, Directrice générale et chef de la direction, CMC