Le Conseil médical du Canada

Le CMC s’engage sur la voie d’une nouvelle structure de gouvernance

Le CMC s’engage sur la voie d’une nouvelle structure de gouvernance

Le Conseil médical du Canada (CMC) veille à offrir aux Canadiens les meilleurs soins médicaux qui soient grâce à l’excellence de l’évaluation des médecins. Nos évaluations évoluent constamment pour s’assurer qu’elles demeurent pertinentes et qu’elles répondent aux changements de la pratique médicale.

À mesure que nos évaluations évoluent, nos activités sont aussi appelées à évoluer. L’organisation s’adapte continuellement et cherche des façons d’innover pour répondre aux besoins des intervenants et des candidats. Dans la foulée de l’arrivée d’un nouveau président et d’une nouvelle directrice générale et chef de la direction en 2018, cette année, le CMC s’engage dans un processus d’examen de la gouvernance avec KPMG, un chef de file canadien reconnu dans la prestation de services-conseils.

Le CMC est une organisation en constante évolution, et nous devons nous assurer que notre structure organisationnelle suit les changements dynamiques de notre environnement.

 

Le CMC est une organisation en constante évolution, et nous devons nous assurer que notre structure organisationnelle suit les changements dynamiques de notre environnement. »

Dre Maureen Topps
Directrice générale et chef de la direction, CMC

 

« De plus, il est préférable d’examiner périodiquement la structure de gouvernance d’une organisation pour faire en sorte qu’elle demeure efficace », explique la Dre Maureen Topps.

L’examen de la gouvernance mené par KPMG comprendra une phase initiale de planification et de collecte de données au cours de laquelle KPMG s’entretiendra avec la direction du CMC, le Conseil, différents comités et des intervenants externes clés. Il est prévu que l’examen de la gouvernance se déroulera sur environ 12 mois. KPMG analysera la masse d’information qu’il aura recueillie et présentera un rapport détaillé assorti de recommandations à l’intention du CMC.

« La réalité, c’est que le paysage des organismes sans but lucratif est également en train de changer. Nous voulons nous assurer d’être réactifs à cette transformation », ajoute la Dre Topps. « Cet exercice visera à déterminer comment nous pouvons maintenir une structure de gouvernance suffisamment solide pour réaliser notre mandat, nos objectifs et nos thèmes stratégiques tout en conservant nos relations avec nos principaux intervenants et en trouvant des éléments nécessitant des améliorations. »