Le Conseil médical du Canada

Cas 1 : Anamnèse

Cas 1 : Anamnèse

CONSIGNES À L’INTENTION DU CANDIDAT 

Alan Starks, un homme âgé de 46 ans, se présente dans votre bureau en raison d’une hématurie.

AU COURS DES  11 PROCHAINES MINUTES :

  • RECUEILLEZ UNE ANAMNÈSE CIBLÉE ET PERTINENTE DU PROBLÈME PRÉSENTÉ.

Le signal de 8 minutes vous indiquera qu’il vous reste 3 minutes avec le patient. Il n’y a AUCUNE question orale de l’examinateur pour cette station.

REMETTRE UNE (1) ÉTIQUETTE À L’EXAMINATEUR.

Scène 1

Voix hors-champ du candidat : D’accord, je dois obtenir des renseignements précis et pertinents sur l’anamnèse alors, je dois donc poser des questions très précises. Hum…s’agit-il d’une hématurie macroscopique ou microscopique? Quand le patient l’a-t-il remarquée la première fois? A-t-il de la douleur? Hum…Quoi d’autre? Ah oui, y a-t-il d’autres symptômes systémiques, comme de la fièvre, des éruptions cutanées, des douleurs articulaires? Prend-il des médicaments?

Candidat : Bonjour, je suis Dr Babak. Donc, je crois comprendre que vous souffrez d’une hématurie, c’est bien ça?

Patient : Pardon?

Candidat : Excusez. Je veux dire du sang dans votre urine. C’est bien cela?

Patient : Oui. Il y avait du sang dans mon urine ce matin, et j’ai très mal quand j’urine. J’ai mal ici (le PS se touche le côté droit de l’abdomen et descend jusqu’à l’aine).

Candidat : D’accord, donc je vais vous examiner (le candidat se lève et s’approche du PS).

Examinateur : Veuillez relire les consignes.

Candidat (à lui-même) : Oh, seulement l’anamnèse, ok. (S’adressant au patient) D’accord, donc, quand avez-vous remarqué la douleur et le sang dans votre urine pour la première fois?

Patient : Hum…J’ai remarqué la douleur hier soir.

Un certain nombre de choses se sont produites durant ces quelques secondes. Voici ce que vous pouvez tirer de la vidéo jusqu’à présent :

Au commencement de la station :

  • Avant la sonnerie, le candidat prend le temps d’organiser ses pensées. C’est une excellente approche.
  • Le candidat réfléchit en lisant les consignes, puis la sonnerie se fait retentir, il cogne à la porte et entre. Il n’est pas nécessaire de cogner, mais ce n’est pas mal de le faire.

Après la rencontre initiale avec le patient :

  • Le candidat offre une étiquette à l’examinateur, ce qui est important.
  • Offrir de serrer la main au patient n’est pas nécessaire.
  • Si le nom du patient est sur les instructions du candidat, vous n’avez pas besoin de lui demander son nom. N’adressez pas un patient par son prénom à moins de demander au préalable si c’est ce qu’il préfère. Ce qui est important ici c’est d’établir une connexion authentique avec le patient.
  • Le candidat utilise de la terminologie médicale en parlant au patient. Le patient ne comprend pas clairement. Essayez d’utiliser un langage facile à comprendre lorsque vous vous adressez au patient.

En parlant au patient :

  • Lorsque le patient fait part de ses douleurs abdominales, le candidat oublie de toute évidence les consignes et veut l’examiner. Ce peut être une chose parfaitement raisonnable à faire sur le plan clinique, mais dans le cadre d’un ECOS, chaque station porte sur une portion très précise d’une rencontre entre le médecin et le patient; dans cette station‑ci, il s’agit de « recueillir une anamnèse ciblée et pertinente ».
  • L’examinateur guide le candidat; il lui suggère de relire les consignes plutôt que de lui dire d’obtenir des renseignements sur l’anamnèse. L’examinateur peut donner ce message une seule fois. Les consignes sont facilement accessibles en tout temps dans la station.
  • Veuillez noter que, lorsque nous avons quitté la rencontre, le candidat avait posé deux questions en une : « Quand avez-vous ressenti de la douleur et vu du sang dans votre urine pour la première fois? » Il a obtenu une réponse à la dernière question, ce que la majorité des patients feraient. Cela peut être noté dans votre évaluation par l’examinateur. La question au sujet du sang dans l’urine est importante, et la réponse n’est pas tout à fait claire. Il est déconseillé de demander au patient deux éléments dans une même question tant en pratique clinique que dans le cadre d’un ECOS, puisque des renseignements essentiels au sujet du patient pourraient vous échapper.

Continuons de visionner cette station.

Scène 2

Candidate : D’accord, donc la nuit passée, qu’avez-vous fait hier soir? Avez-vous fait une activité inhabituelle?

Patient : Je ne pense pas, comme quoi?

Candidate : Hum…comme une activité sexuelle, par exemple.

Encore une fois, on a posé deux questions en une : « Qu’avez-vous fait hier soir? » et « Avez-vous fait une activité inhabituelle? ». Le PS répond en disant « Comme quoi? » Cela ne veut pas dire que le patient ne connaît pas la réponse. Cela veut dire que le patient standardisé est habitué de répondre à une question ouverte en posant une question plus précise.

Qu’il soit question d’activité sexuelle ou non dans la grille de notation, le patient s’est familiarisé en détail avec son rôle et peut répondre de manière normalisée à toute question « inattendue ».

Ce court exemple d’interaction montre de quelle manière l’organisation et la technique d’entrevue peuvent avoir une incidence sur la performance du candidat, y compris les renseignements qu’obtient le candidat auprès du patient. Cela peut se refléter dans l’évaluation de l’examinateur.

Voyons maintenant un autre exemple de station, l’accent est mis sur l’interprétation des consignes et sur la technique d’entrevue.

CAS 2 : Anamnèse et conseils aux patients