Le Conseil médical du Canada

CMC 360 : recherche

Pourquoi la rétroaction multisources (RMS)?

Souvent utilisée pour évaluer des cadres et des professionnels dans d’autres domaines que la médecine, la rétroaction multisources permet d’évaluer le rendement dans une perspective à 360 degrés. Conscients de l’importance de fournir aux médecins une rétroaction sur leurs comportements professionnels, les ordres des médecins, les organisations professionnelles et les systèmes de santé ont commencé à utiliser la RMS. Ce processus permet de recueillir des données auprès des personnes qui travaillent avec le médecin et de fournir une rétroaction sur le rendement réel du médecin dans sa pratique.

La recherche démontre que des données valides peuvent être générées avec un nombre suffisant de répondants et que les médecins comptent utiliser la rétroaction afin d’envisager et d’apporter des améliorations concrètes dans leur pratique.

La RMS est l’un des meilleurs outils pour fournir une rétroaction et guider le rendement en ce qui a trait aux comportements interpersonnels comme la communication, le professionnalisme et la collaboration. Elle ne vise pas à évaluer l’expertise médicale des médecins.

 

Recherche qui surveille et améliore l’outil et le processus

Le CMC cerne et effectue des recherches afin d’évaluer l’outil et le processus du CMC 360 pour les améliorer, d’après les conseils et la supervision du Comité consultatif de recherche et du Comité de recherche et de développement. Le programme de recherche appuie les améliorations au programme, aux outils et aux processus, à la lumière des données regroupées. En consultation avec les groupes du programme, le CMC peut entreprendre des sujets de recherches additionnels.

Le CMC recueille des données probantes liées à la validité afin de faire état de la fiabilité des résultats du CMC 360. Il s’intéresse aux changements et aux améliorations que les médecins apportent à leur pratique en fonction de la rétroaction qu’ils ont reçue dans leur rapport du CMC 360. Il s’intéresse également à ce qui les pousse à changer leur pratique médicale et à être réceptifs à la rétroaction.

Les médecins qui participent au CMC 360 se disent très satisfaits, en particulier envers la rétroaction des patients et le processus de facilitation de la rétroaction. La majorité d’entre eux estiment que l’expérience a entraîné une amélioration de leur pratique.

 

Lire les Résultats du sondage post RMS+ mené par le College of Physicians & Surgeons of Alberta (2019) et les présentations orales suivantes :

Roy, M., Streefkerk, C. & Lockyer, J. (2018, avril). From PAR to MCC 360: A revised national multi-source feedback (MSF) tool. Présentation orale à la Conférence Canadienne sur l’éducation médicale (CCEM), Halifax, N-É.

Roy, M., Streefkerk, C., Lockyer, J. & Sargeant, J. (2018, août). MCC 360: A national multi-source feedback program in the world of CBME. Présentation orale à l’Association for Medial Education in Europe (AMEE), Basel, Switzerland.

Roy, M., Streefkerk, C. & Touchie, C. (2018, octobre). MCC 360: A national MSF program for assessing the roles of communicator, collaborator, and professional. Présentation orale à la Coalition for Physician Enhancement, Washington, D.C.

 

Une évaluation supplémentaire des recherches quantitatives et qualitatives du programme est en cours :

• Évaluation du programme du CMC 360 : groupes de discussion avec animateurs et médecins pour recueillir les commentaires des participants; un examen quantitatif des données de notation et une analyse qualitative des données de commentaires, des plans d’action et des rapports d’animation. Cela comprend également un suivi auprès des médecins après six mois. Il s’agit d’un projet de recherche en collaboration avec le College of Physicians & Surgeons of Alberta.
• Le CMC collabore avec quatre universités, en anglais et en français, pour adapter l’outil et les processus à la formation médicale de premier cycle.
• Le CMC adapte l’outil à des contextes plus difficiles, comme les soins épisodiques, ou les cas où le patient n’est pas en mesure de fournir de la rétroaction et où cette rétroaction proviendrait plutôt d’un fournisseur de soins ou d’un mandataire spécial (comme pour la pédiatrie, les patients atteints de démence ou les soins palliatifs).

 

Le CMC 360 est destiné à être utilisé à des fins de formation et on recommande qu’il soit utilisé comme tel; il ne vise pas à fournir une décision de réussite ou d’échec à un médecin ni à établir un classement.

Comme il s’agit d’un outil destiné à des fins de formation, sa fiabilité n’est pas suffisante pour la prise de décisions lorsque l’enjeu est important. Les scores d’évaluation du rendement dans les rapports du CMC 360 se situent principalement dans la partie supérieure de l’échelle de notation puisque la plupart des médecins qui participent au processus sont de bons médecins. De plus, le CMC 360 se concentre principalement sur trois rôles de CanMEDS (communicateur, collaborateur, professionnel) et met donc l’accent sur une petite composante de l’exercice de la médecine.

Le CMC 360 devrait être considéré comme un outil d’évaluation parmi plusieurs servant à l’évaluation du rendement. Les administrateurs peuvent choisir d’offrir aux médecins des données supplémentaires provenant d’autres sources, comme des données sur les prescriptions d’ordonnances, le volume de patients ou d’autres données sur la pratique, en plus de leur rapport du CMC 360. Pour le College of Physicians & Surgeons of Alberta, par exemple, la participation des médecins au CMC 360 représente une source de rétroaction parmi d’autres concernant les initiatives d’amélioration de la qualité.

Pour plus de renseignements et de ressources sur la recherche portant sur la rétroaction multisources, veuillez consulter nos Lignes directrices nationales.